« 14 tracks that made us funky » : la sélection de Ghost In The Machine

Après la sortie en juillet de leur EP pour Perc Trax, le duo Ghost In The Machine nous livre sa sélection de titres aux sources de sa techno incisive.

ghost in the machine
Par Aurélien Bonvoisin
Publié le 30 août 2017 | 6:48

Apparu l’année dernière par une série d’EPs sur Genosha Basic – nouveau label fondé par Eye-D –, Ghost In The Machine est le projet des producteurs néerlandais Eye-D et Nils van Lingen. Trois EPs auront suffi à faire de Ghost In The Machine le synonyme d’une nuance dure de techno, aux relents industriels et acid, dont les BPM volontairement élevés soutiennent des sonorités incisives et des rythmiques d’acier. Le duo n’a pas tardé à se faire reconnaître par ses pairs, avec une signature il y a quelques mois chez Perc Trax, haut pourvoyeur de techno à l’énergie métallique : en résulte One Louder, fracassant EP trois-titres paru au mois de juillet et illustrant une nouvelle fois la force de l’association des deux artistes. On en a profité pour demander au duo de nous proposer une petite sélection de titres ayant informé leur musique, exercice auquel les deux artistes se sont bien volontiers pliés : voici donc « 14 tracks that made us funky », leur playlist.


Surgeon – Shaper of the Unknown (Counterbalance, 2001)

La manière dont les sonorités hantées et dissonantes, et les rythmiques poussiéreuses se mélangent sans problème pour former cette énigmatique masse d’obscurité, c’est ce qui fait de ce morceau notre titre préféré de Surgeon. Pour nous, c’est un repère quand on a peur que l’un de nos projets soit trop sombre : ça ne l’est jamais.

The Advent – Ice Planet Theme (Kombination Research, 2001)

Les productions de The Advent autour de 2000 nous ont énormément inspiré. Sa musique était sombre et puissante, avec le shuffle sur la 909 tourné au maximum. Ce morceau nous a vraiment marqué, avec son interminable mélodie flippante qui contraste avec les percussions doublées. The Advent était connu pour ce genre de tempos sauvages, la plupart des DJs jouaient ce morceau à -8%.

Anorak – Curva Galactica (ABsense, 2000)

On est tous les deux très fans des trucs loop techno de la fin des années 1990 et du début des années 2000. Ca nous a tous les deux déçus quand la techno est partie dans la voie de la minimale quelques temps après. Ce morceau d’Anorak a le parfait équilibre entre les boucles et leur dégradation. C’est une idée que l’on retrouve aussi dans certains de nos morceaux. Il y avait beaucoup d’artistes géniaux en Slovénie à cette époque, beaucoup de nos références proviennent de cette scène. Presque tout ce qui est sorti chez ABsence est génial. Par contre, le pressage était souvent moyen, donc on aimerait que ces disques soient réédités en version digitale.

The Advent – Untitled (Umek Remix) (Kombination Research, 2002)

Umek est un autre Slovène, et il a vraiment tout déchiré avec ce remix (ou cette re-création). On trouve qu’il a toujours eu plusieurs années d’avance en termes de qualité de production. Ce genre de morceaux marche toujours actuellement dans n’importe quel set.

Insider – Destiny (Music Man, 1991)

Ce morceau était un énorme hit quand il est sorti, et il sonne toujours aussi bien. Le synthé principal est déjà monstrueux, mais ça devient encore plus fou quand le producteur commence à filtrer les médiums avec son égaliseur quelques mesures après le gros drop. On peut l’entendre clairement vers 2:53. Toute personne jouant sur un mixeur analogique imiterait ses mouvements en entendant ce morceau pour la première fois.

Adam X, Audio Sex & Colone – Brooklyn Massive (Direct Drive, 1992)

Ce morceau a retenu toute notre attention dès le moment où on a entendu son intro menaçante. C’est peut-être la meilleure intro de tous les temps, parce qu’on peut déjà sentir toute l’atmosphère du morceau dans les premières secondes. On trouve que c’est un morceau vraiment courageux, parce qu’en plus d’avoir une intro inmixable, il faut attendre quasiment trois minutes avant les premiers kicks. Il nous a fallu attendre de produire « Tank Station » pour trouver le courage d’essayer quelque chose du même type. Inutile de préciser que ce morceau a eu une énorme influence sur nous deux.

Ghost in the Machine – Tank Station (Genosha Basic, 2016)

C’était notre tentative de faire quelque chose dans la veine de « Brooklyn Massive » et de « 100% Acidiferous » de Tank. On voulait quelque chose d’inhabituel pour le premier morceau de notre troisième EP, et on a choisi que ça serait ça. On le liste ici parce qu’on n’avait aucune idée qu’un morceau avec une intro inmixable et un gros drop retardé pourrait autant marcher. Voir ce morceau avoir du succès nous a vraiment inspiré, et nous a donné envie d’aller encore plus loin dans ce que l’on faisait déjà.

Robert Armani – Blow That Shit Out (Joey Beltram Mix) (ACV, 1995)

On ne peut plus trop lister « Mentasm » et « Energy Flash » dans ce genre de listes : les premières sorties de Joey Beltram sont déjà dans les listes de tout le monde. Avec ce remix, Beltram a complètement effacé l’original. Personne ne peut fredonner l’original, et c’est sûrement parce qu’aucun élément du titre original n’a été utilisé pour le remix. Même la voix ne figure pas dans le titre original. Ce qu’on aime dans ce titre, c’est qu’il semble vraiment minimaliste, mais la production fait que tout sonne immensément, et que ça marche toujours sur un dancefloor.

Clouds – Complete Control (Soma Quality, 2013)

Même si « Chained to a Dead Camel» de Clouds fait sans aucun doute partie des morceaux qui nous ont donné envie de nous essayer à la techno, on voulait plutôt mettre en avant quelque chose qui montre à quel point ils sont doués en production. La construction du morceau et sa montée sont parfaits. On le joue encore dans presque tous nos sets. En tout cas jusqu’à ce que quelqu’un nous demande d’arrêter.

Perc – Hyperlink (Perc Trax, 2014)

Perc a probablement fait de meilleurs morceaux que celui-ci, mais ce titre est celui qui nous a fait nous appeler en criant, « depuis quand est-ce que ces trucs sont autorisés dans la techno ?! ». « Hyperlink » est absolument sans pitié, ce titre te met un couteau sous la gorge, mais d’une bonne façon. On ne pensait pas que c’était accepté d’être aussi puissant et sans répit, que les kicks pouvaient être aussi énormes, et peut-être qu’ils ne pouvaient de fait pas l’être, mais que Perc a rendu ça possible. Ce titre, ainsi que d’autres morceaux publiés au même moment sur Perc Trax, c’est ce qui nous a incité à essayer de faire de la techno.

Unit Moebius – Bombo (Acid Planet, 1994)

La ville de La Haye était la source de beaucoup de bonne musique entre le début et le milieu des années 1990. Ce son brut et sale a été surnommé « sewer acid ». Si l’on devait nous demander un morceau définissant ce qu’est la sewer acid, on choisirait celle-ci. Elle n’a pas de ligne mélodique acid, mais elle a cet aspect caractéristique des morceaux qui sortaient sur Bunker ou Acid Planet.

Circuit Breaker – Trac-X (Probe, 1992)

Notre son préféré dans le monde entier est la cymbale ride de la 909. L’une de nos techniques de production préférées est de monter le volume bien trop haut. Ce qui se passe avec les cymbales ride 909 quand elles sont prises entre la distorsion et l’absence d’espace sonore pour respirer produit un effet magnifique à nos yeux. La destruction que les cymbales rides, hi-hats et crash subissent sur cet exercice rythmique de Richie Hawtin est vraiment une leçon de minimalisme et une inspiration. More is less.

Ansome – Snake Eyes (Perc Trax, 2016)

Ansome, c’est ce qui se produit quand tu décharges toutes nos influences à l’intérieur d’un charmant jeune homme et que tu lui dis de faire de la techno. A nos yeux, ce morceau est l’incarnation de ce que les gens appellent techno industrielle. On adore aussi ce gars.

Ghost in the Machine – Hold My Drink (Perc Trax, 2017)

On rajoute un autre de nos morceaux, parce que c’est un autre titre dont le succès nous a pris par surprise. Evidemment, on ne pensait pas qu’il était mauvais, mais c’est un titre très sombre, bruitiste, et qui ne suit pas toujours un pattern rythmique linéaire. Bien sûr, ça ne veut pas dire que ça lui empêche mécaniquement tout succès, mais on était très content de voir qu’il a si bien marché, en partie en raison de ces éléments. Ca nous a motivé à suivre encore plus nos instincts.


One Louder de Ghost In The Machine est disponible chez Perc Trax.

Ghost In The Machine, the new project from Nederlands-based producers Eye-D and Nils van Lingen, appeared last year through a series of releases on the former’s new Genosha Basic label. Three EPs were sufficient in making Ghost In The Machine a synonym for a harder shade of techno, characterized by its industrial and acid flavour, whose high BPM support sharp sounds and steel-forged beats. It wasn’t long until the duo got acknowledged by its peers, landing on Perc Trax, one of the scene’s best supplier of metallic-energy techno, with One Louder, a pounding three-tracker released in July that once more illlustrates the strength of the project. To go along the EP, we asked the artists to put together a short selection of tracks that informed their music: here is « 14 tracks that made us funky », the result.


 

Surgeon – Shaper of the Unknown (Counterbalance, 2001)

The way the haunting, dissonant tones and dusty percussion effortlessly come together to form this enigmatic bucket full of darkness makes this our favorite track by Surgeon. We use it as a benchmark when we’re worried something we’re working on might be too dark. It never is.

The Advent – Ice Planet Theme (Kombination Research, 2001)

The Advent’s work from around the turn of the century was very inspirational to us. It was dark, driving and the shuffle on the 909 was usually turned up to 11. This track was a real standout for us with its long drawn-out spooky melody providing sharp contrast to the half-bar percussion. The Advent was also rather notorious for this fierce tempo and many DJs would play this at -8.

Anorak – Curva Galactica (ABsense, 2000)

We are both big fans of the loop techno from the late 90s and early 2000s. We were both disheartened when techno went the way of minimal techno shortly after that period. This track by Anorak has the perfect amount of loop versus dirt that you’re likely to hear pop up in some of our tracks as well. Somehow the Slovenians were killing it back then and they made a lot of our favorite go-to tracks. Almost everything on the ABsense label is amazing. The records didn’t get the most amazing cuts, however, so we would love to see these re-released digitally.

The Advent – Untitled (Umek Remix) (Kombination Research, 2002)

Umek, notably yet another Slovenian, completely murdered it on this remix (or recreation). To us it felt like he was always many years ahead of his contemporaries when it came to production quality. Tracks like these still hold up in any set.

Insider – Destiny (Music Man, 1991)

This track was a gigantic hit when it came out and it still sounds massive. The main synth is already huge but it truly goes over the top when the producer starts using midrange sweeps on his mixer’s EQ a few bars into the big drop. These movements are really evident around 2:53. Everyone who’s worked on analog mixing desk will have been miming his motions when they first heard this track.

Adam X, Audio Sex & Colone – Brooklyn Massive (Direct Drive, 1992)

This track grabbed the entirety of our attention from the moment we first heard its ominous intro. This might be the greatest intro ever made because the whole vibe of the track can already be felt in the first few seconds. We thought this was an incredibly ballsy record because in addition to having an unmixable intro it also takes almost three full minutes before the first kickdrum hits. It took us until our own track « Tank Station » to find the courage to try something like this ourselves. Needless to say this was an incredibly inspirational record for us both.

Ghost in the Machine – Tank Station (Genosha Basic, 2016)

This was our attempt to do something in the vein of « Brooklyn Massive » and « 100% Acidiferous » by Tank. We wanted something unusual for the opening track of our third 12” and this was going to be it. The reason we’re listing it here is because we had no idea a track with a non-mixable intro and a delayed big drop could be so well-received. Seeing this track work the way it does has been very inspirational to us and has challenged us to go even wider and deeper into whatever we were already doing.

Robert Armani – Blow That Shit Out (Joey Beltram Mix) (ACV, 1995)

Listing « Mentasm » and « Energy Flash » as inspirational tracks is probably not-done anymore. The early works of Joey Beltram will likely appear on everyone’s list. With this remix Beltram completely obscured the original. We doubt anyone can even hum the original. That’s probably also because not a single element from the original track was used for the remix. That vocal actually isn’t even in the original. What we like about this track is that it seems very minimalistic but the great production on it makes everything sound super big and it still kills on the dance floor.

Clouds – Complete Control (Soma Quality, 2013)

While « Chained to a Dead Camel » by Clouds is undoubtedly among the collection of tracks that inspired us to try our hand at techno, we really wanted to showcase something that more readily reveals how good their production skills actually are. The flow of this track and its big build-up are done so well. We still play it in almost every set. At least until someone tells us to knock it off.

Perc – Hyperlink (Perc Trax, 2014)

Perc has probably made better tracks than this one, but this track was the one that made us phone each other and scream, “Since when is any of this legal in techno?!” « Hyperlink » is just so incredibly merciless. It holds a knife to your throat, in a good away. We didn’t know it was okay to be this loud and relentless. We didn’t know the kicks could be this big, and maybe they really couldn’t be, but Perc made it so that they could be. This and other material released on Perc Trax from around that time motivated us to try doing techno.

Unit Moebius – Bombo (Acid Planet, 1994)

The city of The Hague brought forth so much good music in the early to mid 90s. This raw, dirty sound was given the nickname ‘sewer acid’. When asked to come up with the defining sewer acid track, this would be the one for us. It doesn’t have an acid line, but it’s got that extreme grunge that was so characteristic for tracks coming from labels like Bunker and Acid Planet.

Circuit Breaker – Trac-X (Probe, 1992)

Our favorite sound in the entire world is the 909 ride cymbal. One of our favorite production tools is turning things up way too much. What happens to 909 ride cymbals when they’re getting sandwiched by distortion on one end and a lack of room to breathe on the other end is truly a beautiful thing to us. The destruction that the rides, hi-hats and crash cymbals suffer in this drum machine workout by Richie Hawtin is an amazing inspirational lesson in minimalism. More is less.

Ansome – Snake Eyes (Perc Trax, 2016)

Ansome is what happens when you unload our entire box of influences into a cute little man and tell it to make techno. To us, this track is the epitome of what people call industrial techno. We also love this man.

Ghost in the Machine – Hold My Drink (Perc Trax, 2017)

We’re listing one more by ourselves because this is another one where the success of the track took us by surprise. Of course we didn’t think it was bad, but it’s very dark, noisy, and it doesn’t always follow a straight kickdrum pattern. Those things don’t immediately disqualify it for success, of course, but we were very happy to see how well it did partially owing to those elements. It has motivated us to follow our instincts even more.


Ghost In The Machine’s One Louder EP is out now on Perc Trax.

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top