36 – Lithea

Dernière pièce d’un triangle d’albums entamé en 2009.

folder

7.9

10

Par David Robert
Publié le 27 avril 2012 | 20:13

Quand certains artistes se cachent derrière un alias lettré, Dennis Huddleston, lui, préfère offrir à sa personnalité musicale à deux chiffres : 36. Et si le pouvoir des lettres et des mots est infini de par leur signification et leur histoire, celui des chiffres ne pourrait se ranger à sa seule capacité de matière à compter. Les chiffres aussi ont leur âme, et il s’avère qu’elle est passionnante. Ainsi, en les décomposant, c’est l’histoire même de l’évolution que l’on découvre.
Peut-être que Huddlestion connaissait la puissance des chiffres lors de la conception de son moi artistique. Peut-être pas. Toujours est-il que le pouvoir de cet homme se livre au travers du 3 et du 6, et que sa dernière composition, “Lithea”, en libère tout le potentiel.

La forme des chiffres en elle-même est source de grands apprentissages. La courbe représente l’amour, le trait horizontal l’attachement, et enfin la croix le choix. Chaque chiffre représente un stade de l’évolution. Ainsi, le 0, courbe qui vient se mordre la queue, représente l’oeuf refermé sur lui-même, auto-suffisant, auto-érotique. Le 1 représente le deuxième stade de l’évolution ; la matière, le minéral, ligoté au sol avec son trait horizontal. Le deux est aussi attaché à même la terre. Mais sa courbe supérieur indique un amour pour le ciel : c’est le stage végétal, qui se nourrie de la pluie et du soleil.

Tout ça pour en venir au 3. Premier composant de l’alias de l’homme. Le trois est le stade au dessus du végétal. L’évolution qui vient prendre encore en grade, pour former le stade animal. Pas de trait d’attachement. L’animal peut se mouvoir sur le sol. Avec ses deux courbes, Il aime à la fois le ciel et la terre, prend dans l’un et l’autre pour vivre, ou plutôt survivre. Trois stades au dessus, se situe le 6, celui qui s’est libéré de tout avec sa seule courbe enroulée. Pas de trait horizontal, la matière n’existe plus, il n’a pas d’attachement. Il n’est que pur amour et spiritualité
C’est donc entre le stade animal et celui de l’ange que se situe 36.

 

La première écoute ne fait pourtant apparaitre “que” (excusez du peu) la capacité de Dennis Huddleston à avoir en partie transcendé son enveloppe physique pour aller se percher dans l’abstrait, le spirituel, le mystique… bref dans un endroit pas vraiment accessible d’accès pour un Jean-Pierre Lambda.

L’écoulement du temps y parait bien illusoire, et l’on se contrecarre ici bien profond de savoir si c’est le rose ou le bleu qui accédera au trône suprême. Dans cet espace là, que le bruit blanc embrume, s’écoulent de longues plages méditatives qui viennent et repartent comme des vagues paisibles. Sagesse et apaisement sont les notions-clés de l’immersion, à l’image du cristallin “One”.

Mais (oui il y a un mais), “Lithea” tient autant du 6, du 3, que de l’entre-deux. Le 6 est bel et bien censé être débarrassé de toutes les peurs, mais le ticket d’entrée dans le 5 étoiles de la tranquillité n’est pas éternel, et l’on dégringole alors parfois les stades. Ainsi, les activités humaines, (l’homme étant le 4 ; sa croix représentant l’homme avec son choix à faire permanent, sa route à tracer, son avenir à trouver) sont le centre de l’introduction “Clear”.
Au fil de l’album, on croise le regret absolu sur “Susurrus”, le retour dans l’enfance du 4 et son insouciance naïve par rapport à l’avenir avec “1983”, le dilemme insupportable de “Seance”, la mort sur “Leviathan” ou encore l’attente, plus ou moins désespérée, d’un monde humain meilleur de “Saphron”… Des émotions qui relèvent du 3 animal, et de l’homme 4.

Et qu’en est-il du 5 ? Que représente-il ? A l’écoute de ce nouvel album, on est en droit de se demander si Dennis ne s’en fait pas le digne représentant : le 5 étant l’homme éclairé, entre l’humain badaud et l’âme parfaitement spirituel, attaché au ciel par sa barre horizontal placée vers le haut. Celui qui, malgré sa condition d’humain, parvient à élever sa conscience, jusqu’à atteindre un degré de spiritualité supérieur à celui des autres. Par chance, la courbe du 5 vers le bas montre qu’il aime encore la terre, et qu’il souhaite nous faire partager son cheminement. Un cheminement nommé “Lithea”, dernière pièce d’un triangle d’albums entamé en 2009.

Et maintenant ?

 


Tracklist :

1. Clear
2. Cocoon
3. Susurrus
4. Lithea
5. Deluge
6. Radio
7. Reunion
8. 1983
9. One
10. World After April
11. Seance
12. Dreamscape
13. Dayasan
14. Broken Toy
15. Leviathan
16. Levitate
17. Saphron
18. Another World

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top