Alpha Kawu – Cryogenic Time

Le voyage au coeur de nos rêves et de notre inconscient que nous propose Alpha Kawu n’est pas une traversée monocorde comme nombre de galettes étiquetées ambient.

1358038467-1

7.9

10

Par David Robert
Publié le 3 février 2012 | 21:20

On aurait bien aimé vous parler pendant des nuits entières de la vie d’Alphino Kawin et de son alias Alpha Kawu. Mais le fait est que les seules informations disponibles à son sujet sont : Alpha Kawu est l’alias d’un certain Alphino Kawin. Point Final. Pas de visage, pas d’antécédents, pas de descriptions mettant en avant sa participation dans un occulte groupe de jazz au lycée. Rien.
Voilà qui fait un peu office de vache maigre. Alors plutôt que d’embaucher un détective privé, le mieux reste encore de parler de ce que l’on a sous la main, à savoir “Cryogenic Time”, premier album de cet obscur inconnu sorti de derrière les fagots via son bandcamp début novembre et ce dans la plus totale discrétion.

Le titre de l’album évoque un processus de glaciation.
On pourrait alors penser à une quelconque ère glaciaire de notre chère planète. Et qui dit ère glaciaire dit état relativement apocalyptique. Et qui dit apocalypse dit perte de la civilisation et donc humains livrés à eux mêmes.
Mais même si l’intro sous forme de décharge électrique pure dans le cortex amène une certaine puissance brute, la cryogénie d’Alpha Kawu est plutôt enclin au gel des aiguilles du temps, un arrêt sur image des corps, pendant que l’esprit lui continue de fonctionner. Une sorte de coma prolongé permettant de plonger au sein de notre inconscient.
La musique de cet homme est située quelque part entre le rêve et la réalité. Peu de choses ici semblent matérielles. Les glocks hyalins résonnent sans que rien de viennent bloquer leur échos. Impalpables, les bruits blancs s’étalent bien souvent en toile de fond. Les nappes s’étendent avec une grâce et une légèreté immenses jusqu’au bout de l’infinie. Même les percussions, qui viennent parfois rythmer les songes, ne rentrent pas à l’encontre de cette logique. Tout semble si lointain, et pourtant, impossible de ne pas être percuté de plein fouet par cette émotion incroyablement profonde.
Mais si l’expression de ce sentiment est définitivement sincère, quelque chose de profondément ancré sommeille en nous. Quelque chose de plus terrifiant, qui met en tension l’ouvrage dès “Frozen Karl-Johans”. Ces pulsions, ce ‘ça’ en psychanalyse, ne peuvent être retenues indéfiniment par un état de prospérité. Alors que “To Nowhere (Part 2)” semble être la définition même de l’apaisement, “5-59 A.M.” montre que la parfaite harmonie linéaire est, au final, plus que précaire et que la balance peut basculer à tout moment.
État de décompensation absolue, “Unforeseen Consequences” vient faire exploser le tout, déchiquetant la beauté par sa violence destructrice, avant de retomber presque sans vie, dans des déroulées de nappes enchanteresques.

L’équilibre n’est pas un état fixe et immuable, mais au contraire un processus d’allées et venues permettant à deux forces opposées de coexister. “Cryogenic Time” est à cette image.
Le voyage au coeur de nos rêves et de notre inconscient que nous propose Alpha Kawu n’est donc pas une traversée monocorde comme nombre de galettes étiquetées ambient. Ce constat nous permet alors de comprendre comment l’homme peut passer du tout noir au tout blanc, et ainsi de pouvoir apprécier cet album à sa juste valeur, aussi subjective puisse être cette notion.


Tracklist :

01. Black And White
02. Aufstehen
03. Sirius
04. Frozen Karl-Johans
05. ill Gift
06. Kawu Sun
07. Cano Cristales
08. Sennacherib
09. The Citadel
10. To Nowhere (Pt. 1)
11. To Nowhere (Pt. 2)
12. 5-59 AM
13. Unforeseen Consequences
14. Cryogenic Memoirs

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top