Answer Code Request – Breathe EP

Et si le renouveau d’Ostgut Ton se tenait en partie là, dans cet EP d’Answer Code Request ?

Answer Code Request

8.0

10

Label

Genre

Par Davy Trn
Publié le 13 mars 2014 | 9:14

Patrick Gräser a poncé ses platines et a produit des tracks pendant près de 10 ans avant d’officialiser sa première sortie formelle en tant qu’Answer Code Request. Mais il n’aura fallu qu’un an, après qu’un mystérieux EP atterrisse dans les bacs de Hardwax, pour qu’il s’impose comme l’un des artistes phares de la scène techno berlinoise. Il rejoignit alors début 2012 Marcel Dettmann Records, l’écurie de son ami d’enfance et taulier du Berghain, avant de prendre ses quartiers dans ce même club mythique en octobre de la même année.
Si l’âge d’or d’’Ostgut Ton touche à sa fin, le Berghain a toujours une force de frappe démesurée et reste un point de passage obligé des grands de ce monde. Il est donc encore pertinent de dire que le label hégémonique de la techno berlinoise est à même de prendre le pouls de la culture techno.
Il demeure un des moteurs de la scène techno prêt à défendre son territoire avec hargne et livrant chaque année son lot de sorties, qui pour la plupart sont sans surprise, mais déçoivent rarement et restent de qualité.

Cela risque de changer avec Answer Code Request, qui a su assimiler l’esthétique propre à Ostgut Ton et y apposer sa patte unique. C’est la synthèse d’une techno puissante, du meilleur des innovations rythmiques de la UK bass et de son amour pour la drum n bass, et qui se caractérise par un sound design brillant, des beats hors normes aux possibilités infinies, des textures et atmosphères incroyablement cinématographiques.

La première track   »The 4th Verdict » jongle entre percussions martiales gagnant dangereusement du poids, parées à l’invasion sous forme de Blitzkrieg, et nappes analogiques vaporeuses chargées de mélancolie, rappelant Detroit, berceau de la techno. La bien nommée « Ghostes » nous offre une vision spectrale de la techno, nous égare, efface nos repères, et nous accorde une dernière bouffée avant l’ironiquement étouffante « Breathe ». Un synth dantesque emplit alors cette track d’un souffle carboné absolument épique et les percussions d’une brutalité bienvenue entraînent nos carcasses asphyxiées dans une danse saccadée et infernale.

Même si cet EP Breathe n’est pas aussi respirable qu’annoncé, cela reste une sortie extrêmement remarquable, qui laisse entrevoir un renouveau d’Ostgut Ton. On l’espère en tout cas.

 

 

Tracklist :

Tracklist:
A. The 4th Verdict
A2. Ghostes
B. Breathe

Vous aimerez surement

    2 Comments

    1. anais 22 mars 2014 at 7:10

      Cool article négro

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top