Arca – Xen

Au terme d’une ascension fulgurante, Arca livre avec Xen un album unique et réussi en forme d’exploration sonore brumeuse.

4dcc3cc2

7.8

10

Label

Genre

Par Aurélien Bonvoisin
Publié le 12 novembre 2014 | 12:56

On se doutait bien, au vu du talent déployé sur les Stretch 1 et Stretch 2 publiés chez UNO voilà deux ans, qu’Arca était promis à un avenir brillant. Ce que l’on ne soupçonnait pas, néanmoins, était que l’ascension du producteur d’origine vénézuelienne serait aussi forte, et surtout aussi fulgurante : deux ans plus tard à peine, Alejandro Ghersi est producteur pour FKA Twigs et Kanye West, signé chez Mute et futur collaborateur de madame Björk – excusez du peu. Premier album pour Mute, Xen avait donc tout du rite de passage, forcément très attendu. Le risque de chute était grand, face aux hauteurs acrobatiques auxquelles s’est si rapidement élevé l’artiste, résidant désormais à Londres. Arca est pourtant suffisamment rusé pour s’en tirer avec les honneurs, signant un album d’une grande réussite générale.

C’est que plutôt que de chercher à s’adapter aux conditions nouvelles qui l’entourent, Arca a profité de sa notoriété croissante pour asseoir sa personnalité musicale. Xen est ainsi un album au son unique, existant dans sa propre sphère ; en forçant le trait, on pourrait aussi bien rapprocher ces quarante minutes d’Oneohtrix Point Never que de Rustie ou Nosaj Thing. Cela relèverait pourtant de l’injustice, tant l’hybride à l’oeuvre ici brille par son originalité : laissant infuser autant d’éléments relevant du hip-hop instrumental que de l’expérimentation ouverte sur synthétiseurs, Xen se présente finalement sous la forme d’une exploration sonore.

On s’engouffre donc dans ces nappes touffues, recouvrant de leur vapeur des beats pesants. Très vite, les contours s’estompent, à l’image de ce piano plongé dans le flou sur « Held Apart ». Une brume intense et bleutée se propage, laissant les motifs sonores suggérés plutôt que pleinement affirmés. Les successions mélodiques du morceau-titre paraissent ainsi s’évanouir aussi vite qu’elles ne sont apparues, laissant à l’état de volutes des mélodies qui auraient pu justifier des morceaux entiers.
Il semble difficile de pointer exactement ce qui suscite l’attraction dans un son aussi particulier, mais il est certain que chacune de ces pièces contient son lot d’éléments frappant immédiatement l’esprit, avant de s’échapper à nouveau – la plupart des titres durant moins de trois minutes, on saute sans cesse d’un ensemble à un autre. Pensons par exemple aux glissants synthés d’ouverture de « Sisters », hantant le titre en arrière-plan en tentant de se frayer un chemin parmi les lumineuses mélodies de claviers, ou aux notes les plus sombres d’un « Failed » s’autorisant une absence complète de rythmique, laissant éclater les talents mélodiques de l’artiste.

Arca nous enfouit lentement dans les méandres de ses productions, nous laissant nous perdre pour mieux nous guider en signes lointains. Alors que l’effet joue à plein, Arca en profite pour glisser en seconde moitié de parcours quelques uns de ses meilleurs titres : l’enchaînement « Thievery » / « Lonely Thug » est ainsi particulièrement frappant de mélancolie teintée d’obscurité. Le superbe « Wound » mérite également une notion, semblant s’extirper de la brume, recouvert de cordes déchirantes, envahissant tout l’espace. Comme pour mieux nous réveiller en fin d’album, nous tirant de l’engourdissement général en nous laissant les yeux grands ouverts, c’est néanmoins « Bullet Chained » qui s’avère être le plus impressionnant titre de l’ensemble : sans le moindre avertissement, les nappes auxquelles nous nous étions habitués sont remplacées par un martèlement sans pitié, augmentant le pouls de l’ensemble avant de rendre l’antenne à un arpège halluciné et supersonique. Témoin de la réussite de l’album, le choc reste le même, écoute après écoute.

Xen est ainsi un album jusqu’au-boutiste, poursuivant les obsessions de l’artiste. Il s’agit d’ailleurs peut-être de sa plus remarquable qualité : ne cédant pas à la tentation de faire ce que l’on attendrait de lui après des productions pour des artistes si haut placés, Arca avance selon ses propres logiques, offrant un album qui n’aurait pu être que le sien. C’est déjà beaucoup ; ajoutez-y la très bonne tenue musicale du tout et vous tenez une œuvre réussie, ainsi que l’un des disques les plus intrigants de l’année.

Tracklist :

01. Now You Know
02. Held Apart
03. Xen
04. Sad Bitch
05. Sisters
06. Slit Thru
07. Failed
08. Family Violence
09. Thievery
10. Lonely Thug
11. Fish
12. Wound
13. Bullet Chained
14. Tongue
15. Promise

Vous aimerez surement


    Fatal error: Uncaught Exception: 12: REST API is deprecated for versions v2.1 and higher (12) thrown in /home/seeksick/www/wp-content/plugins/seo-facebook-comments/facebook/base_facebook.php on line 1273