Bop – Punk’s Not Dead

Fidèle à son mélange personnel de drum&bass et de 8-bit, Bop revient avec un nouvel album aussi agréable par endroits que lassant par d’autres.

7.0

10

Par Martin Drazel
Publié le 2 décembre 2014 | 12:06
tmp_4357-R-5939547-1406857952-6317-224808631

Le producteur russe Bop est reconnu dans le milieu drum & bass pour y avoir apporté sa touche bien particulière : du 8-bit à 170bpm. Fidèle à son credo et à Med School, il revient sur le label pour un nouvel album au titre vindicatif : Punk’s Not Dead. Affirmation probablement déplacée au vu de la musique assez planante d’Alexandre Dimitriev, mais qui revendique l’approche du producteur et de son Microfunk Crew. Tout l’album se veut résolument 8-bit, sorte de mélange incongru entre junglism et fanatisme Nintendo. La formule aurait pu être effective si elle ne se répétait pas inlassablement, créant à l’écoute un effet double-tranchant. On est autant attiré par l’impressionnante beauté que peuvent dégager « One Way To Mars », « Charge Me » (avec Diagram) ou encore « Higgs Boson » ; que repoussé par le systématisme des productions. Malgré tout, ce Punk’s Not Dead détient une atmosphère bien à lui, qui poussera l’auditeur à y retourner pour le redécouvrir. Le jeu rythmique sur « Deep Space » en est un très bon exemple : au premier abord simpliste et quelque peu fatiguant à l’oreille, il gagnera en intérêt à force d’être écouté. Conclu par un « Next Level », salut acid-tribe assez ironique, ce dernier opus de Bop laisse un sentiment d’entre-deux. A la fois agréable à l’écoute mais aussi quelque peu lassant, on ne peut que saluer l’obstination artistique du Russe tout en espérant qu’il élargisse son spectre à l’avenir, à l’instar du précédent album, qui s’adonnait à d’autres tempos et d’autres univers..

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top