Broken English Club – Jealous God 04

Oliver Ho part en terrain post-punk sous l’alias Broken English Club pour la nouvelle sortie de Jealous God, label de James Ruskin, Regis et Silent Servant.

Broken English Club – Jealous God 04

7.8

10

Par Davy Trn
Publié le 9 mars 2014 | 20:27

Le démantèlement du label Sandwell District aura laissé un goût amer pour certains, tant ce collectif aura marqué la scène techno de son esthétique unique et de son positionnement radical. On ne reviendra pas sur les raisons personnelles, professionnelles et artistiques de cette séparation, cependant son spectre continue de planer derrière Dave Sumner (Function) toujours fidèle à sa musique anxiogène et frontale, pendant que Karl O’Connor (Regis) and Juan Mendez (Silent Servant) jouent la carte du renouveau, s’éloignent du format binaire d’un sound design martial et oppressant.
Libérés de cette conception de la techno, ils se permettent, avec le label Jealous God, d’exprimer leur amour pour la florissante culture post-punk et la musique industrielle, et d’expérimenter aux côtés de James Ruskin le patron de Blueprint, à la direction musicale.

Ce label compte déjà trois premières références impeccables et une identité forte : une collaboration entre Svreca et Silent Servant, Sicario de Dios, une galette de James Ruskin (JEL02) et un edit de Silent Servant agrémenté d’un remix de Powell. Bien que qualitatives, on reste en terrain connu sur ces sorties, les mecs derrière le projet œuvrant dans le milieu depuis plus de 20 ans et connaissant tous les rouages de la musique underground.
Cependant, la quatrième sortie du label s’annonce comme le disque de la rupture et illustre peut être mieux la volonté de sortir des routes pavées par Sandwell District puisqu’il s’agit d’un EP du producteur britannique Oliver Ho (FYI, qui fit ses débuts sur le label Blueprint), sous le nom de Broken English Club.
Musicien prolifique (cinq albums, pas loin d’une cinquantaine d’EP), à la tête de son propre label Meta, il a su construire une identité propre au prix d’années d’expérimentations dans des styles de musique très variés, allant du jazz au funk, à la fusion, toujours d’avant-garde.

 

Sous ce nouvel alias, le vétéran britannique explore un territoire obscur, mais le sound engineering expert d’Oliver Ho donne ses lettres de noblesse à une musique expérimentale évoluant entre la no wave industrielle et le post-punk techno. Intéressant à plus d’un titre, pas évident à cerner, cet EP composé de cinq tracks dégage cependant une certaine mélancolie portée par des sonorités complexes, vaporeuses et des percussions ombrageuses, dont le mouvement entre légèreté et pesanteur rythme tout en nuances et n’est jamais définitivement acquis.
« A Square Shaped Room », la track d’ouverture, l’illustre parfaitement, avec des percussions effacées par une guitare diabolique et un larsen omniprésent mais maîtrisé. Cependant, les exemples les plus séduisants sont les tracks « Birth Control » et « Plastic Bag », où un breakbeat lent couplé à des nappes distordues donne vie au chant étouffé et désincarné. « Casual Sex » renoue avec une techno tribale et futuriste, emmenée par un lead synth brillant et perçant, un battement incessant à la lourdeur assumée, sans pour autant tomber dans le piège de la démonstration de force brute.
En clair, cet EP est très convaincant et laisse présager du meilleur pour les futures sorties de Jealous God.

 

 

Tracklist :

A1. A Square Shaped Room
A2. Boxes
A3. Birth Control
B1. Casual Sex
B2. Plastic Bag

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top