Burma Camp – Repulsion

Kat Day & Klaus Von Barell s’imposent finalement sur le devant de(s) la scène(s). Et ils comptent bien y rester.

Burma Camp

7,5

10

Par Morgane Pelletier
Publié le 10 octobre 2013 | 15:11

Quelques temps après sa quatrième sortie, le sublabel d’Avian, Mira, revient avec ce cinquième EP, signé Burma Camp (a.k.a The KVB) et intitulé Repulsion. Fondé par Shifted et Ventress, Mira nous aura déjà bien prouvé le pointillisme de son catalogue, avec des sorties de Bleaching Agent, Covered in Sand ou encore Worn. C’est désormais au tour du duo dark wave anglais qui n’a cessé de faire parler de lui ces derniers mois d’y déposer sa marque de fabrique. Après leur album de remixes dont on vous avait parlé ici, c’est avec cet EP façonné sombrement qu’il se rapproche, une fois encore, d’influences et de collaborations techno.

Repulsion débute avec son morceau éponyme. Une nappe terrifiante et sombre s’installe progressivement. Elle devient lourde, épaisse et presque sourde. Le rythme est un cliquetis, semblable à un écho, tandis qu’une boucle de guitare terrifiante s’étale en ritournelle, accompagnée de vocaux angoissants. C’est peu avant que l’on dépasse les quatre minutes, qu’une mélodie nouvelle s’avance. La voix de Klaus Von Barell se veut alors peu à peu paralysante, invisible et sournoise, comme du vent. Le dénouement ne tiendra qu’à un souffle.
Comme une palpitation d’adrénaline, Isa, le second track nous parvient. Bien plus compacte, il se veut aussi bien plus oppressant et effrayant que son précédent, et ce malgré sa courte durée. Le kick massif nous alarme dès son entrée, avançant pareil à une marche de soldats. S’ajoutera à cela ce riff aussi électrique qu’électrisant mais surtout un cri de quelques demi secondes éphémères, comme si quelqu’un voulait annoncer sa présence avant de retomber lourdement dans les abysses.
Bâti autour d’une basse pesante qui résonne continuellement au loin, Attraction développe peu à peu son univers via une nappe progressive qui donne un aspect très nostalgique à la mélodie.
Repulsion enfin offre la preuve qu’il ne faut pas coller des étiquettes. A mille lieu d’incarner le dégout comme son nom le suggère, ce morceau imprime une mélodie apaisante, opaque certes, mais d’une obscur douceur. Kat Day y apposera, petit à petit, ce chant, profond et impénétrable, comme si nous étions perdu dans les méandres aquatiques. Quelques minutes d’ambient suffiront en fin de parcours pour exacerber cet EP.

Influencés par le punk et différents milieux de la musique éléctronique, The KVB s’offre désormais une place dans le shoegaze actuel. Après ce Repulsion sous l’alias Burma Camp, un single en deux tracks nommé « Run Away » est apparu sur Ample Play Records. C’est ainsi que, multipliant les sorties sur de nombreux labels, Kat Day & Klaus Von Barell s’imposent finalement sur le devant de(s) la scène(s). Et ils comptent bien y rester.

 

Tracklist :

A1 Repulsion
B1 Isa
B2 Attraction

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top