Chase – Anxious

Première sortie de Chase, Anxious est un album ambient brillant et hanté, dont il est difficile de se détacher une fois sa marque imprimée dans votre esprit.

chase anxious

8.5

10

Label

Genre

Par Aurélien Bonvoisin
Publié le 22 juin 2017 | 9:46

Un nom d’artiste, un nom d’album : Anxious, premier album de Chase, ne s’embarasse pas d’autres données superflues. Tout au plus sait-on que son auteur est Etats-Unien et basé à Los Angeles, et que ce premier travail publié a été enregistré entre 2015 et 2016. Aucun autre contexte n’entoure ces deux pièces de 17 minutes chacune, imposant une écoute informée par le seul contenu musical de l’oeuvre. C’est qu’Anxious n’a pas besoin de plus : la musique qu’il renferme est en elle-même suffisamment parlante et évocatrice pour retranscrire un monde sonore déjà propre à son auteur.

Avec Anxious, Chase fait ainsi déjà preuve d’une identité musicale marquée et d’une capacité à évoluer en suivant ses propres normes. Si chacune des deux faces de l’album se décline en suivant une liste de titres de morceaux, il faut en réalité les considérer comme deux ensembles à part entière, chaque morceau constituant une pièce s’imbriquant dans un puzzle à considérer dans son intégralité. Au sein de chaque pièce, les frontières entre ces différentes parties s’estompent ainsi, laissant l’auditeur flotter dans une succession de motifs plus ou moins esquissés, rassemblés dans une même tonalité onirique et mélancolique. Pads analogiques, lentes séquences et claviers rayonnants s’enchaînent et s’assemblent, fondent les uns dans les autres pour tisser des ambiances dont Chase manie habilement les variations.

En 34 minutes, l’artiste se révèle ainsi capable de créer, en quelques sons ou nappes, des atmosphères instantanément prenantes, convoquant un imaginaire contrasté, aussi lumineux qu’affecté. Dès ses premières parties, la face A place l’auditeur en suspension, sous une lumière vacillante suscité par cet ensemble de scénettes ambient sur lesquelles viennent s’insérer quelques discrets rythmes en fin de route. Chaque nouvelle pièce complète la précédente en introduisant sa propre nuance, ouvrant la palette des émotions que dissimule cette première face. La deuxième face de l’EP tamise alors les lumières pour nous laisser entrevoir cet univers attachant sous une facette plus sombre et soucieuse. Les synthétiseurs s’avèrent moins affirmés, plus hésitants, les arpèges plus graves et mystérieux. Comme s’il levait un voile qui subsistait jusqu’alors entre l’auditeur et sa musique, Chase nous confronte ici à l’essence de sa musique, rêverie asthénique fortement communicative. L’ambient se pare alors, par ellipses, d’influences dub techno, portées par des rythmiques cadrant les nappes qui enveloppent toute l’oeuvre.

Avec Anxious, Chase offre donc un album brillant, d’autant plus impressionnant qu’il s’agit du premier jet discographique de l’artiste. Difficile, une fois plongé dans ses arcanes, de s’en détacher durablement : œuvre hantée et captivante, Anxious est de ces œuvres dont les premières secondes s’apparentent à une bonne surprise, avant que l’écoute complète n’imprime profondément sa marque sur votre esprit.

Tracklist :

A1 – Anxious (Dirge)
A2 – Wombflower
A3 – Endless Blue
A4 – Selected Ambient Jerks
A5 – Say
A6 – Pomona Sky
B1 – Ghettobird
B2 – The First Old Dream
B3 – Light of Day
B4 – Freaks Are Gone
B5 – Sleep, Release
B6 – Anxious
B7 – (Caffeine ‘Bleep’ Vers)

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top