CLUBKELLY – CLUBKELLY EP

En 19 minutes et quatre titres, CLUBKELLY impose une personnalité et un son à part avec ce premier EP chez Crazylegs, porté par le fabuleux « MITSUKI ».

legs016_2000px

8.5

10

Label

Genre

Par Aurélien Bonvoisin
Publié le 12 septembre 2016 | 13:24

Souvent remarqué pour ses releases prenant appui sur le grime pour mieux l’ouvrir à d’autres horizons, Crazylegs ne s’est pourtant jamais résumé à un son unique. Dès ses premières sorties, le label anglais s’est ainsi, au travers de releases de Toyc ou TRC, essayé à la house ou au UK Garage pur jus. Il n’empêche : la sortie, l’an passé, du fabuleux « Just A Lil » de dJJ, petite perle de house lo-fi, détonnait autant parmi la scène du moment qu’au sein du catalogue du label. Un an plus tard, c’est au tour de CLUBKELLY, déjà apparu dans un dossier de free downloads offert à Noël dernier par le label, de s’inscrire à son tour dans cette lignée, traçant de nouvelles perspectives pour la maison de Shandy.

Armé de quatre premiers titres exemplaires et d’un pseudonyme intouchable, le producteur français ouvre avec cet EP sa discographie. Les premières secondes de « TOOL » suffisent à mettre en évidence un son déjà bien formé, s’affranchissant des conventions pour avancer selon ses propres règles. Les lignes de synthé explosent dans tous les sens, la base rythmique, brute et franche, mène rapidement à une ligne de basse du même ton, qui lutte pour percer dans le mix. La production est crasseuse, engluée dans un brouillard approximatif, mais surtout extrêmement efficace, laissant l’impression tenace d’écouter un vieux titre de french house récemment redécouvert et dégradé par le temps.

En l’espace de quatre minutes, CLUBKELLY pose ainsi les jalons de ce que l’on trouvera au coeur de tout ce premier EP. La voie est donc libre pour balancer, au centre du maxi, deux tubes imparables, et tout particulièrement l’impeccable « MITSUKI », qui plane à 136 BPM, lancé dans le vide. La ligne mélodique surnage dans un ensemble toujours brumeux, associée à un sample vocal destiné à se loger très directement dans votre crâne pour n’en plus ressortir. Tout aussi groovy que rêveur, ce second titre est une impressionnante réussite, dont il sera difficile de se défaire passée la première écoute. « UDDS » prend la suite, et confirme le talent de CLUBKELLY à trouver ce fragment de trois secondes qui capte l’attention et impose de frénétiques écoutes successives : autour d’une rythmique omniprésente, le Français greffe une improbable ligne de saxophone qui tient à elle seule l’ensemble du morceau.

Sans nécessairement atteindre le même niveau que le coeur de l’EP, mais sans rien perdre de la personnalité musicale qui s’en dégage, « UMA » clôt les choses idéalement, autour de voix et synthés gorgés de reverb et d’une basse sachant prendre son temps pour compléter l’ensemble. 19 minutes auront donc suffi à CLUBKELLY pour imposer un son à part, et pour se placer très haut dans notre liste mentale d’artistes dont on attend avec impatience de nouvelles traces discographiques. D’ici là, « MITSUKI » devrait sans problème continuer à tourner en boucle dans nos tympans.

Tracklist :

01. TOOL
02. MITSUKI
03. UDDS
04. UMA

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top