Cristian Vogel – The Inertials

Ambiance baggys, résonances métalliques et parfois industrielles et timbre cybernétique sont la charpente de l’album tandis que sa valeur ajoutée se trouve dans ses nappes éthérées, et ses lignes de piano…

1339508295_cover

7.3

10

Par David Robert
Publié le 17 juillet 2012 | 22:59

Pour beaucoup Cristian Vogel est un des producteurs les plus vénérables dans l’histoire des musiques électroniques. Premier artiste anglais à avoir pu poser sa pierre au monstre sacré qu’est le label Tresor, il fait partie de ceux qui ont aidé la techno à se désenclaver sans perdre son âme. On ne peut aujourd’hui en effet parler de techno expérimentale sans citer les travaux de l’homme. Autant dire que chaque nouvelle sortie constitue un événement, et encore plus quand elle pose le style le plus controversé du moment comme fil d’Ariane.

S’il est affûté et dans ses textures, le dubstep façon Vogel n’est pas ou peu corrosif et en aucune façon destiné à violenter les foules, bien au contraire. C’est un voyage des sens qui, se voulant bien plus introspectif qu’extraverti, est fait d’expérimentations dans un style qui en a aujourd’hui grandement besoin pour conserver ou ré-acquérir un intérêt quelconque. Coupages, cépages, expériences ont en effet plus que jamais un rôle à jouer dans le dubstep qui a beaucoup trop tendance à se regarder le nombril et à s’enfermer dans une course hermétique aux woobles les plus musclés.
Il va de soit donc que la contribution du monsieur, qui est bien loin d’être connu pour son autisme stylistique, est sur le papier salvatrice.
Ambiance baggys, résonances métalliques et parfois industrielles et timbre cybernétique sont la charpente de l’album tandis que sa valeur ajoutée se trouve dans ses nappes éthérées, ses lignes de piano (“Snakes In The Grass” !) et ses titres en fin de tracklist éloignés des schémas cités (“Spectral Transgression” et sa sublime progression, ou l’ambient “Moved By Waves”) mais pas dissonants avec l’ensemble pour autant. Et même si on en ressort pas totalement ébahis, la réussite est incontestablement au rendez-vous sur ce “The Inertials” qui avale et digère avec facilité la dimension triptyque du temps : passé, présent, futur.

 

Tracklist :

01. Enter The Tub
02. Seed Dogs
03. Lucky Connor
04. Snakes In The Grass
05. Todays Standard Form
06. Deepwater
07. Dreams Of Apolonia (Trying For Your Love)
08. Bootstraps
09. Spectral Transgression
10. Moved By Waves


 

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top