dBridge – A Love I Can’t Explain

Que les fans de « True Romance » ou de l’époque Bad Company passent leur chemin tout de suite ! Que ceux qui avaient quand même accroché après son évolution Exit Music se préparent néanmoins.

7.8

10

Par Marco Kabbale
Publié le 23 octobre 2018 | 10:57
dBridge_A_Love_I_Can_t_Explain_Artwork

Le dernier album de dBridge, A Love I Can’t Explain, est vraiment surprenant, là où on ne l’y attendait pas. Comme toujours chez Exit Music, nous direz-vous. Déjà plus d’un mois que celui-ci traîne dans nos enceintes mais notre excitation de vous le chroniquer s’est vue refréner par une hésitation quant à son appréciation. Darren White, un des maîtres majeurs de la bass music, nous prend ici à revers avec un album plus proche de l’ambient-electronica que de ses tendances drum & bass et autonomic habituelles. Le rendu est bien entendu loin d’être mauvais, bien sûr, car dBridge reste un grand mélodiste et un boss de la rythmique, mais force est de constater que pour tout amateur d’albums ambient, il y a comme un air de « déjà-entendu » dans la plupart des morceaux de ce 13 titres. Chaque production est cependant très propre et surtout très agréable à l’écoute – un professionnalisme qu’il n’a plus à prouver. Mais il semble frôler avec cet album un univers dont il méconnaît peut-être le passé culturel. Peut-être que l’absence de rythmiques dont il a le secret fait défaut à ce projet pour qu’il soit totalement captivant. Du coup, bien qu’il vaille clairement la peine d’être écouté, va-t-il vraiment tenir dans la durée ? À moins que, trop novateur, nous ne l’ayons pas (encore ?) compris et qu’il devienne une pièce majeure de son époque musicale. Oui, c’est possible : on parle du dernier album de dBridge, tout de même.

 

Vous aimerez surement


    Fatal error: Uncaught Exception: 12: REST API is deprecated for versions v2.1 and higher (12) thrown in /home/seeksick/www/wp-content/plugins/seo-facebook-comments/facebook/base_facebook.php on line 1273