Dominik Eulberg – Diorama Remixes Pt. 2

Comme l’on pouvait décemment s’y attendre à l’annonce de la sortie prochaine d’un album de remixes de “Diorama” sur la même maison, c’est un casting pour le moins alléchant qui a été convié à s’adonner à l’exercice.

4639065

7.1

10

Par David Robert
Publié le 13 décembre 2011 | 1:01

En avril dernier, le label Traum Schallplatten publiait “Diorama”, quatrième album du DJ et producteur allemand Dominik Eulberg. Comme à son habitude, ce dernier y distille une techno fine et racée, et toujours aussi marquée de la passion infinie de son auteur pour la nature et tout ce qui s’y rapporte (NB : Dominik Eulberg est notamment gardien de parc national, à ses heures perdues).
Comme l’on pouvait décemment s’y attendre à l’annonce de la sortie prochaine d’un album de remixes de “Diorama” sur la même maison, c’est un casting pour le moins alléchant qui a été convié à s’adonner à l’exercice : parue le mois dernier, la première série de remixes regroupait ainsi quatre grands noms de la scène techno mondiale : Stephan Bodzin, Petar Dundov, Ryan Davis et Jesse Somfay. Indéniablement, la deuxième vague ne déroge pas à la règle, regroupant dans l’ordre de la tracklist Kollektiv Turmstrasse, Hot Chip, Extrawelt, Gabriel Ananda, Rone et une fois encore Stephan Bodzin ; à peine.

Bien que six artistes soient présents au total sur la monture digitale du maxi, cette dernière contient en réalité huit titres. Cette différence mineure est en fait due à la présence de trois versions différentes de la relecture de l’excellent “H2o” par le fameux quintor electro-pop anglais Hot Chip. Et si ladite contribution s’avère tout à fait intéressante en soi, le groupe transformant la techno acide et abrupte de l’originale en une tech-house à la fois puissante et délicate, le choix d’incorporer une version instrumentale et deux versions vocales (étendue et éditée) aux valeurs-ajoutées plus que discutables s’avère au final relativement inutile en soi. De même, l’ajout du remix de Stephan Bodzin de “Teddy Tausentod”, déjà présent au sein de la première série, paraît ici plutôt dispensable, d’autant que l’homme y apparait en deçà de ses possibilités.
Une fois passés ces quelques détails, cette seconde livraison se révèle néanmoins tout à fait excellente. Assurément l’un des meilleurs titres de l’album, “Der Tanz Der Gluehwuermchen” est malgré tout celui dont les remixes s’avèrent être les plus concluants : s’ils reprennent tous deux – à raison – le brillant thème de l’originale, le duo Kollektive Turmstrasse et Rone parviennent l’un comme l’autre à y adjoindre ce petit quelque chose qui magnifie la track initiale ; une batterie indescriptiblement efficace pour les deux allemands, et un aspect deep profondément envoutant pour le français d’Infiné.
Les deux autres remixes du maxi reposent tous deux sur le frénétique “Die 3 Millionen Musketiere”. A partir de cette base, les deux hambourgeois d’Extrawelt composent la techno psychédélique et aérienne qu’on leur connait, et bien que simple et rodée, la recette fonctionne une fois de plus. A contrario, Gabriel Ananda signe quant à lui un remix organique au possible, rythmé de percussions aux consonances métalliques plus vraies que nature, et dont on imagine aisément le potentiel en club.

Tracklist :

01. Der Tanz Der Gluehwuermchen (Kollektiv Turmstrasse. Dirt Glow Remix)
02. H2o (Hot Chip Vocal Edit Mix)
03. Die 3 Millionen Musketiere (Extrawelt Remix)
04. Die 3 Millionen Musketiere (Gabriel Ananda. Kleines Woelkchen Remix)
05. Der Tanz Der Gluehwuermchen (Rone Remix)
06. H2o (Hot Chip Extended Vocal Mix)
07. H2o (Hot Chip Extended Instrumental Mix)
08. Teddy Tausendtod (Stephan Bodzin. Zebra Remix)


Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top