dubspeeka – Leaving Home

Une première release de qualité pour Dext Recordings, portée par un fabuleux titre éponyme.

artworks-000073015604-9chwm0-original

8.0

10

Par Aurélien Bonvoisin
Publié le 17 avril 2014 | 9:41

Il est parfois difficile de trouver pied parmi l’océan des nouvelles releases venant chaque semaine abreuver nos écoutes. Bien sûr, certains indicateurs de confiance permettent de s’y repérer, dans le cas d’artistes ou de labels ayant amplement fait leurs preuves par le passé. Mais dès lors que nous nous trouvons en présence des premières sorties de ceux-ci, de tels signes se font plus rares. L’écoute seule peut alors orienter l’oreille.

Dans le cas de cet EP de dubspeeka, première référence de Dext Recordings, celle-ci s’est trouvée alléchée par les noms de Komon & Appleblim, remixeurs de choix figurant au compteur. Pourtant, c’est bien celui de dubspeeka que l’on retiendra au terme de l’écoute de ces cinq titres inauguraux. Avec « Leaving Home », le natif de Bristol nous délivre ainsi une véritable démonstration de son talent, affichant un style déjà bien affirmé malgré sa récente apparition sur la scène.
Les référents stylistiques ne se font pas attendre : dès les premières secondes, c’est en terrain UK Garage que nous place dubspeeka, autour de rythmiques shufflées du plus bel effet. Pourtant, la réussite du titre vient plutôt de la faculté de son auteur à nous laisser patienter, égrenant lentement ses effets. Il y a d’abord cette bassline lente, sombre mais prenante, précisant notre situation ; et puis, ces synthés d’une pleine magnificence, qui complètent le tableau : alors que le UK Garage est régulièrement abordé sous son versant dancefloor, on navigue ici dans ses atours les plus nocturnes. Semblable à une déambulation dans des rues vides en sortie de club, « Leaving Home » désoriente, nous balance dans sa vague ivresse de nostalgie concentrée.

Si la suite ne reproduit pas ce niveau d’excellence, le tout reste plus qu’honorable. Prenant une nouvelle fois le temps de se mettre en place, « Creature Funk » se révèle ainsi troublant, porté par un beat sourd et quelques notes de basses fréquences sur le fil. Au remix, Appleblim et Komon étirent le titre sur sept minutes d’hypnose, réagençant ses différents éléments pour prolonger notre parcours. Komon hérite également du remix de « Leaving Home » : s’il semblait difficile de toucher à la grandeur de l’original, il paraissait tout aussi peu imaginable de réaliser quelque chose de mauvais sur la base de ces éléments. Dont acte : comme un écho du lendemain matin, le remix replonge notre esprit dans ces superbes pads, qui reviennent, lancinants mais lumineux, s’éclater sur le premier plan du titre.

Un bonus digital, « Special Occasion », conclut sur une nouvelle note positive : très noir, cet ultime titre s’appuie sur une ligne de basse fermement poussée à l’avant, conjuguée à divers scintillements pour mieux condenser tout ce que l’on a apprécié au cours des trente minutes précédentes. Grande réussite, Leaving Home EP constitue déjà Dext Recordings en balise éclairant nos pérégrinations.

Tracklist :

01. Leaving Home
02. Creature Funk
03. Creature Funk (Appleblim & Komon Remix)
04. Leaving Home (Komon Remix)
05. Special Occasion

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top