Fausto – Burnel

Nouvelle collaboration entre Le Pacifique Records et Unknown References, Burnel de Fausto est un voyage imprévisible mais toujours passionnant.

facea

8.0

10

Par Aurélien Bonvoisin
Publié le 9 décembre 2016 | 8:36

Le mois dernier, les labels bruxellois Le Pacifique Records et Unknown References s’associaient une première fois pour la sortie d’une cassette commune, Double Dribble de Capelo. Ce travail d’équipe semble porter ses fruits puisque les deux labels combinent une nouvelle fois, un mois plus tard, leurs talents avec cet EP de Fausto, déjà aperçu sur de précédentes sorties Le Pacifique. Composé d’un titre original de Fausto et de trois remixes de celui-ci, Burnel EP fait preuve d’une équitable répartition du travail, puisque chaque label dispose ici d’une face : Le Pacifique occupe la première face du disque, autour du titre original et d’un remix par Aidons Antoine, fondateur du label ; en fin de parcours, Unknown References nous gratifie de relectures par LBNHRX et Wan Voager, tous deux auteurs de références UNREF.

Avec la version originale de « Burnel », Fausto met lentement en place les cadres du maxi : élément par élément, une structure percussive se met en place, nous lançant sur les pistes d’une house affranchie des contraintes du genre. D’une grande liberté, le titre semble évoluer à son propre rythme, laissant sans nous avertir une énorme ligne de basse et une voix incertaine, oscillant entre falsetto et grognement, prendre place au coeur de la scène, évoquant presque un Excepter décidant de s’adresser aux clubs. Ce premier titre s’enchaîne avec cohérence avec sa relecture par Aidons Antoine : dans la droite lignée de la version originale, ce remix adopte une ligne plus rigide, autour de laquelle flottent, en apesanteur, les différents éléments de l’original. La progression du titre nous laisse explorer, dans un léger balancement, les recoins de « Burnel ». Avec habileté, Aidons Antoine approfondit ainsi l’univers esquissé par Fausto, complétant parfaitement la première moitié du disque.

Placé en troisième position, LBNHRX sonne la révolte : le kick dur et les sifflements industriels qui nous ouvrent les portes de la seconde face tranchent avec l’atmosphère onirique des deux premiers titres. Si l’on retrouve les échos lointains de l’original, ceux-ci se trouvent ici propulsés par un souffle techno décliné sur six minutes. La rythmique se fait lourde, martiale, occupant tout l’espace sonore. Une variation salutaire qui démontre une nouvelle fois toute la richesse du titre original. C’est le même constat qui émane du superbe remix par Wan Voager : les contours de « Burnel » y prennent une allure dystopique, proche des travaux du label Ghost Box. Prenant la forme d’une traversée trouble dans un espace instable, ce dernier extrait semble fondé sur un contraste entre des nappes rassurantes et de lancinantes tonalités, qui transpercent l’ensemble pour lui apporter une coloration plus angoissante. Le tout se trouve concrétisé dans une mélodie de guitare, qui se fait subitement jour à mi-parcours, et qui, malgré ses atours apaisants, ne peut complètement dissimuler une forme de noirceur qui enveloppe le titre.

Cette nouvelle collaboration d’Unknown References avec Le Pacifique Records est donc un exercice réussi : à partir d’un premier titre original aux inflexions multiples, les deux labels organisent ici la visite approfondie d’un univers, en nous montrant successivement ses différents aspects. De la liberté qui caractérise la version originale aux contours sombres du dernier titre, on évolue ici dans une atmosphère incertaine, qui semble pouvoir se reconfigurer à chaque instant : ce Burnel EP s’apparente ici à un voyage imprévisible, parfois rugueux, mais toujours passionnant.

Tracklist :

01. Burnel
02. Burnel (Aidons Antoine Remix)
03. Burnel (LBNHRX Remix)
04. Burnel (Wan Voager Remix)

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top