Glenn Astro – Throwback

Cocktail qui monte agréablement à la tête.

front

8.4

10

Par Raphael Lenoir
Publié le 22 juin 2015 | 16:40

“The old mixed with new like the filly throwback”. Sans prétentions Glenn Astro annonce ici la couleur de cet album aux teintes old-school mais aux structures résolument modernes. Issue du monde Hip-Hop, la barge menée par Glenn Astro a gentiment dérivé pour voguer dans le courant House. Habitant à Berlin, il faut avouer que le chemin n’était pas long à faire, d’autant plus qu’une rencontre avec un certain Max Graef aura très certainement influencé la trajectoire de l’Allemand.
En effet, depuis quelques mois les deux font presque tout ensemble dont Money $ex Records leur propre label (sur lequel ils viennent d’ailleurs de publier un EP collaboratif).
Et si, l’année dernière, Graef avait sorti son premier LP Rivers Of The Red Planet, véritable O.V.N.I house, aujourd’hui c’est au tour de Glenn de passer à la tâche ardue du premier long format. Throwback est ainsi sorti sur Tartelet au mois de mai et disons le tout de suite : il mérite qu’on jette une oreille dessus.

 

Mais pourquoi cela ? Pourquoi mettre son argent dûment gagné dans les poches de Tartelet et de Glenn Astro ? Parce que, sans doute, aucun disque house ne ressemble à celui de Glenn Astro. Pas de 4×4 ici : le rythme syncopé, riche et inattendu règne dans Throwback. Les influences de jazz, de disco, de funk, de hip-hop et de turntablism sont parfaitement mixés en ici un cocktail détonnant.

« Kilometer Disco » (co-produite avec Max Graef) illustre bien cette idée de house échevelée et fantasque avec une structure assez classique se basant un riff parfaitement classe, le tout vrillant tous azimuts lorsque la basse se fait voler la vedette par une trompette capricieuse qui fait sortir la track du droit chemin. A l’instar de cette piste, chaque morceau peut-être scindé en différentes parties, tant les motifs varient à l’intérieur. Cette mosaïque sonore ressemble à s’y m’éprendre à Flying Lotus ou The Avalanches, excepté que le groove est encore plus présent avec Glenn Astro.

Throwback est donc bien l’album d’un beatmaker. Un beatmaker qui a décidé d’adopter les traits de la house certes, mais un beatmaker quand même. « Shit Iz Real » est l’exemple le plus probant de cette métamorphose du Berlinois. En une petite minute, on a l’impression d’avoir la synthèse de ce long format, tout en n’ayant exploré qu’une infime partie de cet album extrêmement fourni de détails sonores, de samples égarés et de collages inattendus.

 

Tout en étant un bel hommage, Throwback veut cependant dépasser cette notion de retour en arrière pour s’extirper de la masse des sorties house actuelles. C’est une belle réussite avec un parti pris de Glenn Astro de faire de Throwback un disque personnel par lui et pour lui, sans se préoccuper de la norme. Déluré et surtout atrocement agréable à écouter, le plus incroyable est que ces mélodies ne sont pas issues de notre imaginaire. Shit is real.

 


Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top