Gravious – Rolling Thunder

Comme depuis ses débuts, Gravious poursuit son chemin seul, mais avec classe.

Gravious-Rolling-Thunder-Halocyan-Records-artwork

8.0

10

Label

Genre

Par Aurélien Bonvoisin
Publié le 16 octobre 2013 | 11:41

2005/2006 : alors que le dubstep vit l’un de ses âges d’or, Loefah et autres D1 enchaînant les classiques à une vitesse ahurissante, son cousin breakstep effectue une percée. Percée qui restera (malheureusement) de l’ordre de l’éphémère : dans le meilleur des cas, Vex’dBoxcutter vont avec brio explorer d’autres voies. Dans le plus regrettable, Toasty ou luke.envoy disparaissent complètement après quelques titres laissant entrevoir tout leur talent.
Gravious fait alors figure d’exception : adepte d’Hotflush Recordings, auteur d’un titre sur l’intemporelle compilation Space & Time et d’un split avec Benga avant le virage de celui-ci, l’Ecossais pouvait prétendre à un avenir radieux. Mais fidèle à lui-même, celui-ci a préféré continuer sa route, distillant des releases rares mais toujours brillantes.

C’est chez Halocyan qu’on le retrouve pour son premier EP en deux ans. Rolling Thunder nous introduit comme une présence familière : un beat dubstep centré sur un kick ample nous accueille, vite rejoint par une cohorte syncopée de bruits sombres. Une loop incandescente, pourtant, bouscule nos habitudes : le décalage avec les fondations du morceau est total, mais fonctionne complètement. Une voix saturée, en plein délire, vient compléter une euphorie inédite chez Ali Jackson.
Au remix, Octo Octa renvoie le titre dans les profondeurs d’un océan dubby, les différentes palettes du morceau s’entrechoquant, se répercutant contre un rythme ralenti jusqu’à la fracture.
La suite est du même acabit : l’attendu Release tient toutes ses promesses et rayonne sur le maxi. Toujours en décalage, le titre fusionne cette fois ses éléments dans un rai de lumière grise. Des bris synthétiques escortent une ambiance pesante, sur laquelle les voix inhumaines transparaissant peu à peu évoquent désormais une nostalgie certaine. Difficile de distinguer les contours de chaque son tant le sound-design de Gravious semble ici à son sommet. L’outro du titre, libérée du rythme au son de vagues suivant les diverses strates sonores, subjugue.
Sulaco Squares résume ce qui précède : les ambiances se mêlent, des bleeps 8-bit chevauchent des dissonances arrangées en mélodie de fortune. Le tout vire au positif, mais avec la conscience que le trouble n’est jamais loin.

Au vu de la fréquence de ses parutions, un EP de Gravious se doit d’être salué – a fortiori car celui-ci ne déçoit que très rarement. Mais il faut aussi reconnaître au producteur le mérite d’avoir su explorer de nouvelles voies au moment où se contenter de répéter une formule éprouvée aurait pu suffire. Comme depuis ses débuts, Gravious poursuit son chemin seul, mais avec classe.

 


 
Tracklist :

01. Rolling Thunder
02. Rolling Thunder (Octo Octa Remix)
03. Release
04. Sulaco Squares

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top