Inkke – Secret Palace

Pour son premier EP chez LuckyMe, Inkke livre un maxi remarquablement travaillé, aussi bien sur le plan mélodique que stylistique.

lm034-inkke

8.3

10

Par Lisa Haouat
Publié le 28 septembre 2016 | 6:54

Inkke n’avait fait que de furtives mais remarquables apparitions chez LuckyMe ces dernières années : deux morceaux surprises pour les Advent Calendars de 2013 et 2014, ainsi qu’une collaboration toute bienvenue avec S-Type en 2015. 2016 sera finalement l’année où il publiera ses exercices de style sous le titre de Secret Palace EP au sein du label glaswégien. Il s’impose donc aujourd’hui aux côtés d’artistes comme Lunice ou Rustie, participant à la création d’un hip-hop d’un genre nouveau, où chaque protagoniste injecte de ses influences personnelles. C’est naturellement qu’il trouve sa place au sein du label, où il est libre de se sentir comme chez lui. Producteur aux influences diverses, Inkke possède une discographie variée, de « Faded With Da Kittens », excellent hommage à la scène hip-hop de Memphis, à son EP Crystal Children, sorti sur Local Action, où il démontre tout son talent en tant qu’instrumentiste grime.

L’Écossais refuse donc de se cantonner à un seul style, jonglant sans cesse entre grime instrumental et hip-hop. Pour ce Secret Palace EP, il ne s’arrête cependant pas à ses influences majeures. Il pioche dans nombre d’esthétiques différentes, que ce soit la trap, le footwork ou même le dub. Résultat : un EP remarquablement travaillé, aussi bien sur le plan mélodique que stylistique. Le talent de Russell Patterson s’exprime donc tant dans la maîtrise des codes propres à chaque genre que dans son remarquable sens de la mélodie.

L’EP s’ouvre sur « New Day Theme », track sans beat, véritable jeu s’articulant autour d’une mélodie fraîche et optimiste. Inkke nous introduit à sa manière de construire un titre : exécutant un jeu en apparence simple sur une mélodie, le producteur parvient à en tirer une ambiance lumineuse, annonciatrice d’une suite haute en couleurs. Le minimalisme et la simplicité de forme de « New Day Theme » nous renvoient par ailleurs à Weightless Volume 1, la première compilation du label Different Circles, où Russell Paterson avait fait une apparition aux côtés notamment de Murlo ou Rabit avec un « Love Song » affichant son penchant pour la frange la plus mélodieuse du grime instrumental.

Il choisit ensuite de nous emmener vers différents confins avec le titre « Chores ». Encore une fois, composer une mélodie semble relever pour lui d’un véritable jeu d’enfant. L’apparition des premières rythmiques, orientées trap, nous confirme ainsi qu’Inkke a toute sa place chez LuckyMe. « Tales from the Quick », troisième track, propulse l’EP vers d’autres temporalités. Morceau pressant et énergique, il semble nous précipiter vers le suivant, le dynamique et audacieux « Sorry », qui n’est pas sans nous rappeler certains morceaux d’Addison Groove. Tout comme ce dernier, Inkke ne se laisse pas enfermer dans le classicisme et continue de nous surprendre, ponctuant ce titre d’arythmies et de micro-silences.

Vient ensuite l’inattendu et entêtant « Simmer », dont la mélodie traitée à coup de réverbérations caractéristiques du dub semble vouloir nous renvoyer aux lointaines racines du grime. À ce stade d’écoute, on a la nette impression que le producteur souhaite nous faire voyager à travers différentes facettes et esthétiques de la bass music. Il reviendra finalement vers des rythmiques hip-hop chéries avec le très imagé « Ghost World », où une mélodie quasi vocale se mêle à des samples d’appareils photos qui se déclenchent. Pour clore son projet, Inkke se fait donc créateur d’ambiances, comme il a pu le faire dans le titre introductif, nous transportant cette fois dans un monde à la fois familier et inquiétant, dans lequel on se promet de replonger.

Chaque morceau est ainsi l’occasion d’entrer dans une cosmologie différente qu’Inkke façonne grâce à la mélodie. Sans perdre de vue sa personnalité et ses influences majeures, le producteur parvient à mélanger les esthétiques avec aisance et cohérence. Ce Secret Palace, prouesse stylistique et mélodique, trouve donc avec justesse sa place dans le catalogue de LuckyMe en le sublimant.

Tracklist :

01. New Day Theme
02. Chores
03. Tales From The Quick
04. Sorry
05. Simmer
06. Ghost World

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top