SSS Interview : Psyk [FR/ENG]

Quelques jours avant son passage à La Machine pour une nuit « Classic As Fuck » dédiée à son label, Psyk a répondu à nos quelques questions

Psyk

Label

Genre

Par David Robert
Publié le 9 septembre 2014 | 13:19

Auteur de nombre assez conséquent d’EPs sur des labels de renom (Minus, Figure, CLR, Modularz) en seulement quelques années, Psyk a sorti cette année son premier album sur Mote Evolver. Un album dont nous avons vanté les mérites ici, et qui établissait le producteur espagnol comme une des étoiles montantes de la techno. A l’occasion de la soirée Classic As Fuck qui se déroulera vendredi et qui verra La Machine du Moulin Rouge prendre les couleurs de son label Non Series, nous avons voulu en savoir plus au travers d’une interview de Psyk.

 

_Que t’apporte le fait d’avoir les deux pseudonymes Psyk et Maan ? Pour les prendre au mot, le premier semble vouloir capter un peu plus l’imaginaire, tandis que le deuxième par la contraction de ton propre nom Manuel Anos, laisse entendre une approche plus personnelle. Pourquoi deux pseudos ?

- Je suis content que tu aies remarqué ça ! Mais en fait c’est plus simple que ça, les deux styles sont assez similaires… Peut être que j’essaie de mettre un peu plus de groove dans ce que je fais avec Maan, et plus d’énergie avec Psyk mais les deux restent très proches. Maan a début comme un projet caché pour Non Series, afin de sortir des titres sans utiliser mon alias principal (Psyk).

 

 

_Ton album Time Foundation peut être vu comme une synthèse de tes précédentes sorties. Quel a été le point de départ de ce projet ?

- C’est parti d’une discussion avec Luke (ndlr : Luke Slater, que l’on invite d’ailleurs ce week-end à Bordeaux) concernant l’album où on a décidé que c’était vraiment un projet intéressant. L’idée derrière était de rassembler des morceaux dans un format long mais destiné aux clubs car c’est dans cet univers que je travaille et que j’aime travailler avec mes morceaux et j’ai pensé que ça n’était pas cohérent de sortir quelque chose qui n’était pas proche de ce que j’avais fait précédemment avec Psyk… Donc c’est un album techno avec une approche minimale.

 

_Après ce premier album, comment envisages-tu tes productions futures ? Sa sortie représente t-elle le début d’un virage stylistique ou vas tu garder les mêmes perspectives ?

- Non en fait l’album était très personnel. Je vais continuer à sortir mes disques comme j’ai l’habitude de le faire. Mais peut être que dans quelques temps je déciderai de travailler sur un nouvel album et alors j’y réfléchirai.

 

 

_ Où vas-tu puiser ton inspiration ? Est ce que tu as une méthode particulière de travail ? En quelques mots, peux tu nous parler de ton processus créatif ?

- Je trouve mon inspiration dans la musique et le clubbing. Je m’assois dans mon studio et j’essaye d’arriver à faire ce que je voudrais entendre en club.

 

_Ta musique peut parfois paraître paradoxale, oscillant entre des atmosphères chaudes et froides, parfois même au sein d’un même morceau, tout en maintenant une certaine tension. Ce mariage semble être la base de ton travail. Est ce que tu es d’accord avec ça ? Est ce que cette caractéristique peut être d’une certaine manière reliée à ton environnement, comme la ville où tu vis par exemple ?

- Oui on peut dire ça. C’est un point de vue intéressant, je n’y avais jamais pensé. Je fais juste ce que je ressens sur le moment. Mais c’est vrai que je vis à Madrid et c’est une ville où l’hiver est très froid et l’été est très chaud… peut-être que ce genre de choses a une influence sur l’humeur quelque part ?

 

_ Tu as beaucoup tourné, délivrant de nombreux dj sets assez intenses. Considérant ta vaste discographie, est ce que tu prévois de développer un live set ?

- Non, pas pour l’instant. Je suis DJ et je préfère m’en tenir à mes DJ sets en ce moment. Aujourd’hui pour un DJ l’important c’est de produire pour être plus exposé et de pouvoir jouer dans plein d’endroits et de pays différents. Donc non, un live set ne fait pas partie de mes plans pour le moment.

 

 

_Ton label, Non Series, possède maintenant un solide catalogue avec des releases intéressantes et intrigantes. Quel était le projet initial ? A quoi peut-on s’attendre maintenant ?

- C’est après avoir entendu un morceau de Raffa (Attanasio) que j’ai eu l’idée de créer un nouveau label. Je l’ai contacté et après quelques mois il m’a envoyé deux morceaux et on a sorti un EP. J’aime ce travail pour le label :  mettre en avant les artistes et la musique que tu aimes et que les autres labels n’auraient peut-être pas choisi de promouvoir.
Notre dernier EP, NON013 incluant des morceaux de Maan, est déjà sold-out et on va devoir faire un nouveau repressage bientôt. Le prochain sera constitué de remixes d’Happa et de French fries sur l’album de Chevel « Air is Freedom », et c’est une de mes sorties préférées jusqu’à maintenant.

 

_ Tu joues le 13 septembre à La Machine du Moulin Rouge (Paris) pour une nuit Non Series. Comment te prépares-tu pour ce genre de label nights ?

- J’aime ces soirées où les gens présents sont des personnes que j’affectionne et que je respecte, et où l’atmosphère est incroyable. Je suis toujours excité avant de jouer mon premier disque. J’ai vraiment hâte d’y être !

 

_L’artiste invité sera Robert Hood, considéré par beaucoup comme le père de la techno minimale. Tes productions sont assez souvent minimalistes d’ailleurs. Est ce que Robert Hood est une de tes influences ?

- Totalement. C’est une de mes plus fortes influences en musique électronique.

 

 

_ Quels autres artistes font partie de tes inspirations ?

_ Ils sont tellement nombreux… Plastikman, Hood, Mills et Rachmad sont les plus importants.

 

_ La scène techno parisienne est depuis quelques temps en plein bouillonnement. Quel est ton regard extérieur là dessus ?

- C’est vrai. Je sens à quel point cette scène s’est développée très rapidement ces dernières années. Quand je joue à Paris il y a toujours une bonne atmosphère techno. Et c’est ça qui est bien, quand tu joues à Paris tu sais que tu t’attends à une soirée de qualité.

 

_Comment perçois-tu la scène techno espagnole, et plus généralement la scène électronique espagnole ? Quels sont pour toi ces points forts et ses points faibles ?

- Nous avons de très bons producteurs et ainsi de la bonne musique mais je pense que la scène techno ici n’est pas vraiment encore établie. Il n’y a pas assez de vrais bons clubs ni de soirées dédiées. Je suis sûr que la nouvelle génération et les promoteurs vont changer les choses et que l’Espagne redeviendra une scène très importante pour la techno en Europe dans les années à venir.

_From Psyk to Maan, how did you come up with two aliases? Psyk seems to refer to a specific universe while Maan, the contraction of your name and last name Manuel Anos, seems to refer to something more personal. Why did you develop these two?

- Glad you got that (regarding my aka)! Well actually it is more simple than that, both styles are quite similar… maybe I try to put a little bit more groove in Maan stuff, and more energy in Psyk but they are very close. It started as an undercover project for Non Series. To release some tracks there without using my regular name (Psyk).

 

 

_Your album, Time Foundation can be seen as a sum of your previous work. What was the starting point of the project ?

- I just had a talk with Luke regarding the album. We decided that it was a very interesting project. The idea behind the album was to put together some tracks in a long format for the club. I basically made the kind of music that I do and like and I thought it wouldn’t make sense to release something that’s not close to the previous Psyk stuff… So it’s a Techno album, with a minimalistic approach to the tracks.

 

_After this first one, how do you plan to build your productions in the future ? Does it represent a turn or will you stick to the same perspectives?

- Not at all. The album was very personal. I will keep doing my future releases as I used to. Maybe if in the future I decide to work in a new LP, then I’ll think about it.

 

 

_ Where do you gather inspiration ? Do you have any precise method to work ? In a word, can you tell us more about your creative process ?

- I get inspiration from music and clubbing. I just sit there in my studio and I try to get something I’d like to hear in a club.

 

_Your work can somehow be seen as paradoxical sometimes, oscillating between hot and cold atmospheres, sometimes during the same track, maintaining a precise tension throughout the records. It seems to be the foundation your work relies on. Do you agree with this ? Can this aspect be in some way linked to your environment or the city you live in, for example ?

- Yes, might be. It’s an interesting point of view. Never thought about that. I just do what I feel in that moment. But it’s true, I live in Madrid, and this city is very cold in winter and very hot in summer… maybe this kind of things can affect your mood somehow ?

 

_ You have been extensively touring with intense DJ sets, but, regarding your vast discography, do you plan to develop a live set ?

- Not for the moment. I am a DJ, and I prefer to stick to DJ sets right now. Today a DJ has to produce in order to get more exposure and play in many different places and countries. But, no, a live set is not part of my plans for the moment.

 

 

_Your label, NON, is now built on a strong catalogue with very intriguing releases. What was the initial project ? Can you tell us more about what to expect on the imprint ?

- I got in contact with Raffa (Attanasio) about a track I heard from him, and I had the idea of releasing a new label. So after a few months he sent me 2 tracks and I decided to put them out. I love to work on the label, because you can promote artists you like and release music that maybe others won’t.
Our latest release, NON013, with tracks by MAAN is already sold out so we will be repressing it again soon. And the next one is a remix package from Happa and French Fries of one of my personal favorites on the label so far, Chevel´s Air Is Freedom Album.

 

_ You will play on the 13th of September for a Non Series Label Night at La Machine in Paris. How do you prepare yourself for such label nights ?

- I love those kind of nights because the people involved are people I really like and respect and the vibe is amazing. I’m always excited until my first record before the gig. I’m really looking forward to this one!

 

_The main guest will be Robert Hood, considered by many as the father of minimal techno. Your productions are also often minimalist, has Robert Hood been an influence for you ?

- Of course. One of my biggest influences in electronic music.

 

 

_Which musicians or artists have been an inspiration for you ?

_ There are so many… Plastikman, Hood, Mills and Rachmad are the most inspiring for my music.

 

_Paris has been boiling recently with an increasing audience for techno music. What is, as seen from outside, your opinion about this scene

- That is true. I can feel that in the past years the scene has grown up very fast. I play eventually in Paris and there is always a really good atmosphere for techno. It is good to travel there because you can always expect a proper party.

 

_- How do you perceive the Spanish techno and, more globally, the Spanish electronic scene today ? What are its strengths and weaknesses for you?

- We have really good music and producers right now. Though I think the scene is not so good. There’s not enough proper techno clubs and parties. But I’m sure that in the coming years the new generation and the promoters will work on it and we will be again a very important scene for techno in Europe.

Vous aimerez surement


    Fatal error: Uncaught Exception: 12: REST API is deprecated for versions v2.1 and higher (12) thrown in /home/seeksick/www/wp-content/plugins/seo-facebook-comments/facebook/base_facebook.php on line 1273