Ital Tek – Control

Caméléon de la bass music, Ital Tek réussi encore une fois avec brio un tournant osé en optant pour des facettes plus break.

Control Artwork final

7.6

10

Par Aurélien Bonvoisin
Publié le 11 novembre 2013 | 22:11

A défaut de toujours les anticiper, Ital Tek a toujours su s’adapter avec brio aux virages sinueux entrepris par les scènes dans lesquelles il s’inscrit. Surtout, depuis son génial Midnight Colour, probable sommet d’une discographie regorgeant de trésors auditifs, l’Anglais a systématiquement appliqué sa propre palette aux voies explorées, comme si celui-ci prenait une image pré-définie, avant d’en changer toutes les couleurs pour donner une nouvelle expression aux contours dessinés.

A l’heure où la jungle fait un retour fracassant, que ce soit par la grande forme de ses descendants drum&bass ou par la réappropriation de ses codes au sein de nouveaux contours (pensons à un Special Request), on ne s’étonnera donc que peu d’entendre régner le breakbeat dans sa variante découpée dès un « Fire Flies » introduisant ce nouveau mini-album avec une grande finesse.
Si l’influence du footwork, qui marquait son dernier albumPlanet Mu oblige –, reste perceptible, c’est donc bien plutôt vers les caves britanniques de la première moitié des années 1990 que se tourne ici le natif de Brighton. Le morceau-titre confirme rapidement cette impression, s’autorisant même de longs passages ouvertement rythmiques, superposant les couches percussives pour construire et déconstruire des filets nous menant à quelques secondes de pause rêveuse.

Mais comme à son habitude, Alan Myson ne se contente pas ici d’un vulgaire jeu de copiste : visionnant le breakbeat au spectre de ses sonorités fluorescentes inversées, Ital Tek confère à ces influences nouvelles une portée aérienne décuplée. L’exceptionnel « Violet » – certainement l’un de ses meilleurs titres depuis son Restless Tundra porté par la grâce de la voix d’Anneka – en est la plus belle illustration : des voix réincarnées forment une mélodie céleste, saupoudrée de sons aquatiques et d’une couche d’ether élevant ces rythmes hypnotiques vers d’autres dimensions.
Et si un « Challenger Deep » quelque peu alourdi par des arpèges trop évidents fait temporairement redescendre cette matière sonore, c’est pour mieux nous laisser admiratifs devant la beauté incandescente du final ambient « Doom Dream » ou les subtils jeux de contraste d’un « Ultra » entre mystère et assurance.

Ital Tek poursuit donc avec Control son travail de chrysalide, au travers d’une nouvelle métamorphose laissant éclater le breakbeat dans ses travaux. Suivre son parcours le long des méandres de la bass music, éclairé par une palette ultraviolette à la personnalité marquée, reste toujours aussi passionnant : nous voici donc ramenés à attendre, une nouvelle fois, sa prochaine mue.

Tracklist :

01. Fire Flies
02. Control
03. Zero
04. Violet
05. Challenger Deep
06. Ultra
07. Jupiter Ascent
08. Doom Dream

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top