Ital Tek – Nebula Dance

Ital Tek persiste et signe avec cet album enchanteur.

f3fd58e6a85a5da80fcee174e0bfee1f6a054cf0

8.2

10

Par Alexandre Aelov
Publié le 1 janvier 2013 | 16:23

Ital Tek fait partie de ces artistes qui ont su en quelques albums et un rien de temps saisir les problématiques agitant leurs genres musicaux. Là où, chez Planet Mu, certains comme The Host (ex-Boxcutter) ou Kuedo (ex-Vex’d) ont tenté des approches souvent qualifiées de « post dubstep » en se focalisant sur des ruptures IDM ou bien une approche « tout analogique », Ital Tek semble sauter le pas avec plus de naturel et autant de brio, construisant avec aisance un style riche parfaitement reconnaissable. Alors qu’il s’orientait à ses débuts vers une construction plus hachée et complexe, il a radicalement orienté son dubstep dans une voie onirique et foisonnante à partir de son deuxième album Midnight Colour en 2010.
Nebula Dance s’inscrit dans cette perspective, en poussant encore plus loin les traits caractéristiques du précédent album.

Dès le premier morceau, éponyme, tout est là : une ligne rythmique stable bien que survitaminée et jouant sur une palette large de sons à laquelle répondent des développement mélodiques enchanteurs et mystérieux jouant autant sur les textures synthétiques que sur tout un paysage de samples, de bleeps, de noise, d’arpeggios 8bit tissant une toile de fond scintillante et colorée. Tout au long de l’album, on est baigné dans ce savant mélange.
D’un côté, on trouve des tracks tout droit venues de l’espace misant sur la palette mélodique et les textures ( Pixel Haze, Dusk Beat, Solar Sail, Human Version ou bien Yesterday Tomorrow Today), qu’on aie d’ailleurs à faire à des atmosphères mélancoliques ou hallucinées (Glokk). On trouve en miroir des influences plus radicales, qu’elles soient baignées d’aqua-crunk (Intercruise) ou d’IDM nostalgique à la sauce TR 808 (Steel Sky) , sans oublier la part belle faite aux basses massives (In Motion), au lignes rythmiques neo-jungle surdéveloppées (Gonga), et aux ambiances plus apaisées (Discontinuum). Vous l’aurez compris, c’est une gigantesque voûte céleste qui se développe dans nos oreilles, et ce sans aucun accroc, la force majeure de cet album résidant dans une cohérence sans égale faisant honneur à son producteur.

Ital Tek persiste et signe, avec cet album enchanteur réussissant à faire se rencontrer dans le même ciel des influences extrêmement variées se déroulant sur une ligne dubstep forte venue du futur. On pourrait cependant regretter que tout soit trop propre, trop maîtrisé, ne retenant du ciel étoilé que le calme et la volupté juste saupoudrés d’une pincée de nostalgie, mais sans comètes, trous noirs ou guerres interstellaires à l’horizon. Mais en fin de compte, devant un résultat aussi remarquable qui s’écoute d’un bout à l’autre sans faute, on peut bien lui passer ça.


Tracklist :

1 – Nebula Dance
2 – Pixel Haze
3 – Dusk Beat
4 – Intercruise
5 – Steel Sky
6 – Glokk
7 – Solar Sail
8 – In Motion
9 – Gonga
10 – Discontinuum
11 – Human Version
12 – Yesterday Tomorrow Today

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top