Jun Kamoda – Misty Funk EP

Dans une optique résolument deep house, Jun Kamoda revient avec un disque club efficace sur le label de Mall Grab, Steel City Dance Discs.

R-10936593-1508329323-9598.jpeg

6.7

10

Par Charles-Louis Velieu
Publié le 2 novembre 2017 | 16:50

Jun Kamoda a grandement contribué à la scène électronique japonaise de ces quinze dernières années par le biais de ses différents projets, tels que ses productions sous l’alias Illreme ou sa participation au trio hip hop Baleine 3000. Ce n’est que depuis quelques années qu’il use de son nom pour ses sorties, se faisant petit à petit remarquer à l’échelle internationale pour ses productions orientées house et nu disco. Après avoir fait du bruit avec The Clay EP sur Mr Saturday Night l’an dernier, un disque à la tangente parfaite entre edit disco et house, et après avoir fait un retour idéal cet été avec l’EP tropical Blind Disco sur Black Acre, Jun Kamoda revient cette fois à une ambiance plus club et résolument house pour le label Steel City Dance Discs. À l’image de la direction artistique du label de Mall Grab en quête d’« Emotional Club Tools », Misty Funk EP se veut avant tout destiné aux pistes de danse, tout en affirmant le style du producteur japonais.

Construisant ses morceaux autour d’un sampling travaillé et d’un jeu précis de timing, Jun Kamoda se démarque surtout par la structure de ses pistes, souvent très linéaires et à la progression lente, en faisant des morceaux house psychédéliques et des tools idéales. Là où son précédent EP sur Black Acre renvoyait une ambiance estivale et disco, Misty Funk EP a une approche plus deep house, avec un usage du sample et des boîtes à rythme plus classique et se concentrant sur un jeu de synthétiseur peaufiné, pour trois morceaux chaleureux, jovials et insouciants.

Si « Flaming Flamingo » prend la voie la plus traditionnelle, avec ses accords enjoués et sa légèreté, « Misty Funk » et « The Fine Line » se démarquent et dénotent plus de la touche personnelle de Jun Kamoda. Arborant un côté épique dans sa mélodie, le premier morceau envoûte par son échange d’arpèges happant notre attention. « The Fine Line », lui, rend l’ambiance hypnotique et insuffle du groove dans l’EP, avec son jeu de percussion agressif, ses riffs funky et ses synthétiseurs gras et répétitifs obnubilants. Pour introduire du contraste dans l’EP, Nite Fleit donne à son remix de « The Fine Line » une ambiance plus sombre et corrosive, aux arpèges froids, à l’atmosphère spatiale et aux nappes inquiétantes. Une version très dynamique et efficace, en faisant un pur produit de dance music.

En opposition avec son EP sur Black Acre, Jun Kamoda assume ici son côté club, tout en affirmant son style, principalement sur « Misty Funk » et « The Fine Line ». Avec jeu d’ambiances variées tout en faisant dans l’efficacité, le disque trouve parfaitement sa place sur le label de Mall Grab. Jun Kamoda affiche ici sa pluridisciplinarité s’éloignant de l’aspect disco de ses derniers EPs, tout en renforçant son esthétique house dans ses échanges mélodiques et le travail de ses samples, sûrement forgé par la grande partie hip hop de sa carrière.

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top