Keef Baker – Dry + Barren

Deux albums-compilations où de véritables tubes en puissances côtoient des morceaux plus anecdotiques.

7.4

10

Par Benjamin Dierstein
Publié le 17 septembre 2014 | 17:08
Keef Baker - Dry + Barren

Depuis 1989, Keef Baker arpente les scènes obcures, du death metal au jazz en passant par l’IDM. Après une décennie d’albums publiés sur n5md, Ad Noiseam ou Hymen, le voici qui livre une sorte de diptyque testamentaire en forme de collection de titres rares, remixes et outtakes avec ce Keef Baker – Dry + Barren. L’ensemble forme une sorte d’electronica protéiforme, très orientée fin 90s / début 00s, offrant une place prépondérante à la mélodie, avec tantôt des morceaux pop, tantôt une rugosité rock, tantôt une abstraction purement IDM. Comme avec toutes les compilations hétérogènes, il y a à boire et à manger dans ces deux albums, qui recèlent cependant de nombreuses pépites : on pense notamment au breakbeat industriel de Destroyer, à la batterie flamboyante de Tonikom, ou encore aux harmonies élancées de Freefall et Begin Again.

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top