Kid Drama – In Mind

Un « must-have ».

136638

8.0

10

Par Martin Drazel
Publié le 10 décembre 2013 | 19:00

Le penchant autonomic de la drum & bass doit son expansion notamment aux efforts de dBridge pour mettre en avant cette variante du genre. Son label Exit se veut une porte permettant à cette musique d’élargir ses horizons et de se redéfinir comme musique d’écoute plutôt que strictement cantonnée au dance-floor.
Quoi de plus logique pour l’ancien membre de Bad company UK donc que de signer Kid Drama, qui est aussi le binome d’Instra:mental avec son pote Boddika (papas du génial label NonPlus+). Ce producteur de talent sait comment associer ses univers musicaux tout droit tirés d’une BO d’un Blade Runner à des rythmiques simples mais accrocheuses, permettant ainsi aux mélodies d’y trouver leur cohésion.

Le premier morceau de l’EP, l’éponyme « In mind », est une longue envolée lyrique. Débutant sur une ligne rythmique construite autour d’une onomatopée de grosse caisse et une ligne de bass entêtante, Kid Drama y ajoute un synthé nostalgique. Il coupe finalement le tout lors d’un break-down de bien trente secondes dont le seul élément est une nappe spatiale à l’immense reverb. La reprise remonte le niveau en saturant légèrement la seconde mélodie, ce qui procure au morceau un regain de puissance assez inattendu au milieu de cette composition plutôt axée chill-out.
Le second titre, « What do you see », se détourne de l’aspect voyage spatial du premier pour s’enfoncer dans des univers plus sombres. Une guitare mélancolique vient répondre à une ligne de bass mélangeant notes sèches et léger effet wobble. Kid Drama transporte ensuite cette ambiance  vers une plage abandonnée, petite scène intimiste où un pianiste nocturne vient nous faire partager sa mélodie hypnotique. Quelques vocales parcourent la composition tels des avertissements avant que la seconde bass beaucoup plus lourde ne vienne donner toute sa présence à ce morceau envoutant. Mon coup de cœur de l’EP.

Lorsque l’on retourne ‘l’esprit interne de cet enfant dramatique’ (c’est assez joli traduit, non ?), on y retrouve deux morceaux aux featurings assez efficaces. Le premier « Retract », avec Hands Like Crime, est un morceau décidément axé pour le warm-up tant la ligne de bass fait tout le boulot. Superbement travaillée, mélangeant accélérations et ralentissements d’une wobble très bien contrôlée, elle prend toute son ampleur lorsqu’écoutée sur une grosse sono. Elle englobera allègrement toutes les particules de l’air ambiant.
Le morceau final, « Grind », avec Om Unit (dont l’album est chroniqué ici) devrait dévaster sans trop de soucis n’importe quel dance-floor digne de ce nom. Rien que les kicks suffisent pour pousser les amplis à la limite du supportable. S’y ajoute une des lignes de bass les plus rondes que j’ai pu entendre cette année, agrémentée d’une reese-bass bien grasse qui vient marquer les premiers temps. Puis un synthé assez simpliste mais très accrocheur et une rythmique proche du hip-hop des années 90 donne au morceau une couleur assez « ruff house » très plaisante. Un très bon dj tool pour faire la transition entre l’autonomic et la drum & bass plus pêchue.

Ce « In mind » a donc tout d’un EP qu’on découvre et redécouvre avec plaisir. Ce n’est peut-être pas à la première écoute que les morceaux vont vous scotcher, mais plutôt petit à petit, en prenant le temps de s’imprégner de l’univers de Kid Drama. Bref, une bande-son parfaite pour les solitaires, ou encore les retours de soirées un peu trop arrosées qui nécessiteraient une redescente en douceur. Un « must-have » quoi !

 

Tracklist :

1. Kid Drama – In Mind
2. Kid Drama – What Do You See
3. Kid Drama – Retract (feat Hands Like Crime)
4. Kid Drama Grind (feat Om Unit)

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top