Legowelt – UTTU050

Cosmique, fascinant et old school : Unknown To The Unknown fête dans l’espace sa 50e sortie avec un EP de Legowelt à l’univers de science-fiction.

UTTU_050_Packshot1

8.0

10

Par Aurélien Bonvoisin
Publié le 16 mars 2015 | 10:30

On ne parlera jamais assez d’Unknown to the Unknown. Il faut dire que le label, propulsé par l’énergie de DJ Haus, ne facilite pas la tâche de ceux qui tentent de le suivre : à titre d’exemple, DJ Haus annonçait début-décembre que le label avait encore trois sorties à venir en 2014. La cinquantième release du label, objet de cette chronique, sera déjà suivie d’un nouvel épisode la semaine prochaine. En outre, DJ Haus vient d’annoncer qu’en sus d’Unknown to the Unknown et de son petit frère Hot Haus Records, un autre label parallèle, Hot Shit Recs In Effekt, était sur le point d’être lancé. Autant dire qu’une sérieuse prédisposition à l’hyperactivité s’avère nécessaire afin de suivre toutes les activités entourant le label.

Pour autant, il est nécessaire de reconnaître tous les bienfaits du label : au-delà de la constitution d’une improbable communauté d’artistes d’horizons divers, aussi bien jeunes pousses que talents plus que confirmés – des Mista Men à DJ Stingray, de Legowelt à Kodiak ou encore de Palace à DJ Q –, Unknown to the Unknown fait depuis sa fondation souffler un vent nouveau sur la scène électronique. Que ce soit par ses sonorités souvent amateures, par des descriptions promotionnelles riches en majuscules et points d’exclamations, ou simplement par un enthousiasme débordant à l’origine de projets multiples – le label s’est récemment lancé dans une série de singles exclusivement diffusés sur Youtube et en free download –, Unknown to the Unknown décloisonne à tout va dans un torrent véritablement salvateur de musique.

Revenons-en à notre sujet principal, en la présence de cet EP anniversaire pour le label signé du maître Legowelt. Dès « Immensity of Cosmic Space », on se retrouve en terre connue, du mastering approximatif caractéristique du label à la palette de synthétiseurs analogiques chère à l’artiste néerlandais. Le ton est résolument old-school, autour d’explorations mélodiques futuristes et de samples vocaux énigmatiques. Les rythmiques, quant à elles, font vite appel aux breakbeats martelés qui seront au cœur d’une bonne partie de l’EP.

L’excellent « Palm Trees In The Rain » prend une autre route. Donnant plutôt dans le kick surpuissant et martial, ce second titre convoque claviers expressifs et samples suraigus pour nous offrir un banger bien senti. Etendu sur presque huit minutes, le titre lorgne sur une forme de psychédélisme, toujours marqué par cet univers sonore caractéristique. Le retour au cosmique est permis par le fabuleux « Lumeria », porté par des beats de junglist, découpés et saccadés, et par ces claviers toujours distants, aériens et lunaires.

En conclusion parfaite, « Phase 5 » laisse redescendre le tempo et l’énergie, jouant sur une progression lente pour laisser infuser tous ses patterns. Les sonorités sont dégradées, granuleuses, comme séparées de nous par un mur de brouillard que l’on ne cherche pas à traverser, préférant admirer les volutes de fumée en mouvement sous nos yeux.

Unknown to the Unknown fête superbement sa cinquantième release, avec un maxi des plus réussis, fondé sur quatre titres aux orientations diverses mais se rejoignant dans une palette sonore magnétique et old-school, bâtissant en 26 minutes un univers de science-fiction attachant et complet.

Tracklist :

01. Immensity of Cosmic Space
02. Palm Trees In The Rain
03. Lumeria
04. Phase 5

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top