Lucy – Churches Schools And Guns

L’existence humaine, le destin et l’au-delà

churches schools and guns

8.5

10

Par Raphael Lenoir
Publié le 18 mars 2014 | 20:29

En 2009 l’Italien Luca Mortellaro fondait à Berlin Stroboscopic Artefacts, label qui fait désormais partie intégrante du paysage musical électronique mondial. Pourtant, brosser dans le sens du poil n’a jamais vraiment été le leitmotiv de la structure. Son concept est de proposer justement une techno pas comme les autres, car savamment métissée avec un sound-desing poussé, différente donc des grosses machines comme Osgut Ton, CLR etc. Voilà pourquoi une personne un tant soit peu avertie est capable de reconnaître une sortie estampillée SA à mille lieues à la ronde.

Ainsi quand Lucy annonce son deuxième album solo sur Strobocopic Artefacts, dénommé Churches School and Guns, on est en droit d’attendre énormément tant son premier effort, Wordplay for Working Bees, avait été un pavé jeté dans la mare de cette scène techno en quête de renouveau. La qualité de l’EP de remixes était au rendez-vous (cf. chronique). Voyons dès à présent de quelles trempes sont faits les originaux.

 

« Il y a une dimension spirituelle dans ma musique, d’une manière que je qualifierais de verticale. »

Voilà les mots que Lucy avait employés notre interview parue il y a quelques mois lors de sa venue à l’iBoat, à propos de sa démarche conceptuelle. Cette dimension spirituelle est reconnaissable dès la lecture des titres composants ce long format.
« The Illusion of Choice », « The Self As Another » font échos aux thèses sur la destinée et au « Je est un autre » de Rimbaud entre autres… Comme à son habitude, les sujets approchés ne sont pas insouciants, mais l’italien montre surtout qu’il a de la suite dans les idées, puisqu’il va tenter de les faire s’adjoindre en un point précis, le centre de gravité de la musique de Lucy. La spiritualité émanant de ces douze psaumes est ainsi la véritable clé de voûte de cet album.

Fasciné depuis toujours par les arcanes du bouddhisme, il n’est pas étonnant de retrouver des mantras psalmodiés sur « Follow The Leader », des incantations censées purifier l’esprit. Paradoxal mais plus sûrement intentionnel tant les démons occupent encore une fois une place de choix sur cette cène unique.
Mais jamais le messie qu’est Lucy ne tente de repousser ces entités traîtres dans leur funeste tâche. Non, Luca dépasse la dualité du manichéisme et compose avec les ténèbres comme il l’a toujours fait. En véritable maître il sait qu’elles sont indispensables pour faire naître l’ordre du chaos.
« Catch Twenty-Two » et « Laws and Habbits » illustrent avec maestria cette création suprême tant les rythmiques élaborés sans concessions imposent la déférence. Mais la conception n’est jamais vraiment immaculée dans la mesure où toujours la noirceur du dessin guide nos pas. On retrouve le côté anxiogène de ce beat ne voulant plus relâcher la frêle créature qu’il vient d’agripper sur la quasi-totalité des morceaux. Avec ces relents incisifs à couper le souffle Lucy respecte scrupuleusement ses propres tables de la loi sculptées lors de ses premiers travaux.

Cependant qualifier Churches Schools and Guns d’hermétique ou d’abscons serait de la folie pure : l’italien s’est en effet escrimé à rendre cet album le plus humain possible. Là où son premier essai pêchait par hubris et déséquilibre, tendant vers un côté occulte trop prépondérant, ce deuxième jet en solitaire est bien plus abouti.
Les nappes mélodiques sont de fait plus présentes, plus optimistes et éthérées comme sur « Human Triage » ou « We Live As Dreams » et laissent une part d’onirisme vivifiant à cette œuvre à tel point que l’on pourrait presque parler de techno poétique. C’est un nouvel univers que façonne ici Lucy, il était donc bien normal que la chaleur humaine vienne poindre le bout de son nez.

 

Difficile de parler de cosmogonie à part pour ce disque dans la mesure où Lucy s’inspire fortement de ses précédentes œuvres. Il est néanmoins certain que l’esthète tout puissant de la scène techno actuelle ne se contente pas de faire les choses à moitié en créant son propre monde.
Non seulement l’aura sépulcrale spécifique à l’artiste se répand dans ce Churches Schools And Guns, mais une exhalaison galvanisante voire capiteuse jaillit aussi de cette crypte sacrée. Ainsi, cette fresque sonore soignée à l’extrême se déploie avec une forme d’émerveillement, mais Lucy en profite aussi pour nous glisser ses sentiments métaphysiques sur l’existence humaine, le destin et l’au-delà.
Divin.

 


 

Tracklist :

01. The Horror
02. Leave Us Alone
03. The Self As Another
04. Human Triage
05. Laws and Habits
06. Follow The Leader
07. Catch Twenty Two
08. The Illusion Of Choice
09. We Live As We Dream
10. All That Noise
11. The Best Selling Show
12. Falling feat. Emme

Vous aimerez surement


    Fatal error: Uncaught Exception: 12: REST API is deprecated for versions v2.1 and higher (12) thrown in /home/seeksick/www/wp-content/plugins/seo-facebook-comments/facebook/base_facebook.php on line 1273