Marc Houle – Very Bad Remixes

Les têtes pensantes d’Items & Things prouvent une fois encore qu’ils n’ont pas froid aux oreilles.

Marc-Houle-–-Very-Bad-Remixes

6.8

10

Par David Robert
Publié le 1 juin 2012 | 21:51

Chose étrange que les remix contests, n’est-ce pas ? A la fois stimulant pour les jeunes producteurs qui ont alors l’opportunité de faire entendre leur talent (ou pas), et pour les artistes déjà bien implantés qui ont ainsi un retour direct de leur influence. Cependant, il faut l’avouer, c’est souvent n’importe quoi, et pas aussi fructueux qu’on pourrait le souhaiter. Pourtant, Marc Houle a décidé, en accord avec Magda et Troy Pierce, co-fondateurs d’Items & Things, d’organiser il y a peu une réjouissance du genre. Et parce qu’ils n’ont pas fondé I&T pour se donner des limites, mais surtout parce que jusque là il nous ont gratifié de quelques belles productions, comme “Voodoovoodoo” de Troy Pierce, “The Door” de Thomas More, “Tell me Quietly” de Danny Benedettini (dans un ensemble assez bigarré certes), donnons leur notre oreille le temps de trois petites tracks.
Vous aurez peut-être remarqué que l’album “Undercover” de Marc Houle sorti en février dernier tranchait radicalement par rapport à ce qui précédait. Du temps de M_Nus, le long format “Drift”, dernier en date, étouffant, magique, sombre à souhait et d’une saveur pure, restait dans une certaine idée de la techno, toute en basses, en textures. Il faut avouer qu’avec “Undercover”, c’est un son sec et old school, un aller simple à Detroit que nous offre Houle. Cependant, c’est vite énervant.
Exceptions faites des très drexciyens “Juno 6660” et “Mooder”, ainsi que d’“Am Am Am” et “Under the Neath” (qui retrouvaient basses hypnotiques et rythmes malsains), l’album est un peu à l’image du projet Items & Things : sortant avec plaisir des sentiers déjà battus, en rien puriste, mais parfois pas forcément très cohérent ni très rassurant. Et au milieu de cette galette figure “Very Bad”, la track mise en compétition.

Commençons par ce qu’on ne retiendra pas comme la perle de cet EP, en l’occurrence le remix d’un jeune ukrainien nommé Exiva. L’entrée en matière tentant de cerner l’essence dudit morceau est plutôt de bonne facture, avec pour fil conducteur l’arpégiateur qui sert de ligne mélodique originale, tantôt isolé, tantôt posé sur la basse d’origine. L’ensemble de samples de souffle, de percussions et de leads lointains correctement fondus dans une reverb acceptable semble tout aussi largement accueillant. Jusqu’au moment où l’on s’ennuie. Alors que la première moitié laissait anticiper un remix légèrement décalé mais dans l’esprit initial, une boucle au final sans intérêt vient finalement faire butter butter le tout. On préférera l’original.
Dans une hiérarchie qualitative croissante, vient ensuite un autoremix par Monsieur Houle. Pourquoi faire ? Pour s’amuser ? Non, force est de constater que c’est une variation plutôt fine sur son propre travail qu’il envisage ici. Comme le filigrane du morceau original. Jouant dans un premier temps sur une construction lente du morceau, il relance ensuite la ligne originale mais de manière enrichie, moins sèche, plus ronde, puis la déconstruit lentement, gardant par ici les beats, par là la basse, isolant, éloignant une partie ou en ajoutant une autre. C’est une étrange impression d’instabilité qui ressort de cette écoute, mettant finalement en question l’apparente assurance qui frappait dans la sécheresse du morceau original, limite simpliste. Une bonne surprise.
Mais parmi les 132 remixes que les trois amis ont du trier, un des 10 présélectionnés a été retenu d’office. Et on comprend très vite pourquoi il ouvre cette tracklist : Retro Jay a tout simplement mis en orbite la ligne de basse originale, l’a gonflé subtilement pour lui faire prendre un tournant house totalement inattendu mais tout à fait séduisant, à la fois coloré et étrange. Voilà réellement la track la plus satisfaisante de cet EP de remixes, et sitôt le break central passé en toute légèreté, on repart dans une house fine et pourtant tranchante.

Pas de grands noms et un autoremix donc, mais il ne faut pas oublier qu’on a à l’origine un remix contest basé sur un morceau pas forcément extraordinaire issu d’un album aux perspectives intéressantes mais instables. Le résultat se savoure, pas forcément avec passion, mais au moins avec intérêt. Quoi qu’il en soit, les têtes pensantes d’Items & Things prouvent une fois encore qu’ils n’ont pas froid aux oreilles et qu’ils veulent avant tout expérimenter, explorer des voies neuves, nous réservant de ce fait de plus ou moins bonnes surprises. A vous de faire le tri donc.


Tracklist :

1. Very Bad (Retro Jay Stripped Out Remix)
2. Very Bad (Exiva Remix)
3. Very Bad (Marc Houle Remix)

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top