V/A – Metalheadz Present Platinum Breakz 4

Metalheadz fête son vingtième anniversaire de bien belle manière avec une compilation arborant fièrement les couleurs du label.

METALP002

8.0

10

Par Martin Drazel
Publié le 15 mai 2014 | 13:48

Comment décemment chroniquer de la drum & bass sans s’attarder sur Metalheadz ? Label emblématique du genre, tenu par l’excentrique Goldie, c’est tout simplement LA référence. La légende urbaine raconte que l’homme aux dents d’or (et d’autres) serait à l’origine du mouvement jungle d’outre-Manche, en ayant simplement passé en 45 tours un disque de funk et sa célèbre descente de batterie, créant ainsi le légendaire Amen break. Qu’importent les ragots ou leur véracité, Goldie tient son navire depuis vingt ans maintenant, et voici que le quatrième opus des Platinum Breakz vient marquer cet anniversaire, de bien belle manière.

 

Il est évident, au regard de sa tracklist, que ce LP est un digne représentant du passé et du futur de Metalheadz. « Timelines » en est un bel exemple, à la fois actuel et véritable hommage aux débuts du label, exercice que Om Unit maîtrise parfaitement. Jungle à 160bpm, grosse basse étalée, synthés atmosphériques et autres vocales planantes rappellent avec plaisir le « Saturn returnz » de Goldie, pilier du mouvement jungle. Une fois retourné, le disque nous propose une plongée dans l’univers sombre et mélancolique de Dub Phizix & Skeptical. « Deeper Love » s’introduit sur de longues nappes tirées de la banque sonore des têtes en métal. Puis intervient cette mélodie au piano, sorte de poème sonique répondant à des vocales presque plaintives. Le rythme se lance sans prévenir, triolet syncopé accompagnant l’harmonique bass/piano/vocales avec un équilibre rare.

On continue cette sélection avec un tube en devenir du maître en personne : Calibre. « Archive » ne devrait laisser personne indifférent. Le savant mélange d’un piano perdu dans l’écho, associé à un stepper et une ligne de bass dont seul Calibre a le secret devrait faire danser n’importe qui, même les plus stoïques. Survival & Script forment SCAR, et signent « When ». La collaboration de deux artistes qui s’entendent (musicalement parlant, mais pas que) est une méthode récurrente chez les anglais. Pourtant, si ce genre de groupe (souvent créé pour l’effet d’annonce) n’aura pas toujours produit de bons résultats, force est de constater que la formation de SCAR est une réussite. « When » est un stepper efficace, tout à fait calibré pour correspondre à l’empreinte sonore de Metalheadz, mais gardant néanmoins un certain intérêt musical, notamment grâce à la recherche d’ambiances.

Une petite perle s’est perdue au milieu de la compilation. « Make it clear », collaboration du trio Ivy Lab avec Hydro, ravive pour l’occasion leurs voix de prédilection : Frank Carter III et Lucy Annika. Ce doux morceau appelle à la promenade, à l’évasion. Ivy Lab et Hydro savent manier les nuances de tons, ils l’ont déjà prouvé à plusieurs reprises. De nouveau, l’utilisation du chant ne gêne en rien, les éléments entourant les vocalises étant suffisamment subtils et mélodieux pour permettre au tout de trouver une réelle cohésion harmonique. Cette balade sort du lot, et l’on reconnaît bien ici l’oreille de Goldie, capable de déceler le tube dans la multitude. Ensuite, « God’s Neighbours » d’Ulterior Motive et Will Manning impose cette énorme bass métallique qui aura fait les beaux jours du label. Le morceau est puissant, c’est indéniable. Ulterior Motive savent manier l’effet de reese comme personne d’autre, et il est plaisant des les voir travailler des rythmes un peu plus breakés que la quantité de steppers qu’ils ont pu faire. On y retrouve aussi leur univers très cinématographique, rempli de violons et de chants, ce qui donne au tout une dimension quasiment épique.

Le dernier disque semble être le moins intéressant de tous. Lenzman, petit protégé du label, signe une collaboration avec FD qui ne décolle pas vraiment. « Joanie’s Theme » tourne autour d’une ligne de bass quelque peu répétitive et assez lassante. Ce morceau semble être présent pour rappeler que Metalheadz fait aussi dans la liquid funk, même si l’on a déjà entendu bien plus entraînant de la part de Lenzman. Le dernier morceau est un rappel de l’époque warehouse de la drum & bass. « Creeper », de Digital & Spirit, sonne très Renegade Hardware des premières heures. Il paraît évident de voir ce genre de sonorités sur la compilation, même si « Creeper » ne devrait pas plus marquer les esprits, tant sa recette prône la répétition à outrance.

 

Voilà, sommes toutes, une très belle compilation, qui marque avec intelligence et versatilité les vingt ans de Metalheadz. On regrettera ce dernier disque quelque peu redondant, mais au vu de la qualité de trois premiers, cela tient du détail. En tous cas, les têtes métalliques sont présentes et bien présentes. Il serait honteux de faire abstraction d’une telle qualité musicale en drum & bass. Saluons enfin la prise de risque continue de Goldie, qui signe encore aujourd’hui et vingt ans plus tard des morceaux correspondant à la couleur sonore du label, et non à la demande populaire. Chapeau l’artiste.

 

Tracklist :

A – Om Unit – Timelines
B – Dub Phizix & Skeptical – Deeper Love
C – Calibre – Archive
D – SCAR – When
E – Ivy Lab & Hydro – Make It Clear
F – Ulterior Motive – God’s Neighbours
G – Lenzman & FD – Joanie’s Theme
H – Digital & Spirit – Creeper

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top