Metalized Man – Losing Your Virginity : Metalized Boy’s First Adventures in Manhood

Avec son premier album, Metalized Man nous interroge sur notre rapport à l’inconnu.

losing

8.0

10

Par Charles-Louis Velieu
Publié le 3 mars 2017 | 12:52

Losing Your Virginity : Metalized Boy’s First Adventures in Manhood est le premier album de l’ambitieux label Foul-Up. Celui-ci se démarque par l’idée novatrice de mettre en valeur l’importance de l’erreur dans la création artistique, voulue ou non. Dans une époque où la musique électronique est codifiée par les genres et par une métrique dictée par les machines, cette perspective originale s’oppose à l’uniformité dans l’art. Défi relevé par ce premier LP de Metalized Man.

Il se veut, comme son titre le suggère, une démonstration de la confrontation à l’inconnu, par une exploitation adroite du bruit. L’introduction « Grind Some Gravy » donne le ton avec ses synthés en écho noyés dans les cliquetis et grésillements ambiants. La palpitation des percussions crée une pression renforcée par une basse imposante. Un adroit mélange se fait entre le râle mécanique et son accompagnement minimaliste. Dans la confusion, l’auditeur ne peut jamais prévoir les avancées du bruissement. Trouble et inquiétant, ce court morceau ouvre le début du voyage initiatique de Metalized Man.

Cette ambiance se poursuit durant tout l’album. Les boucles de synthés se veulent entêtantes et envoûtantes et l’on prend facilement part au voyage. On est comme perturbé en chemin par les kicks breakés d’« Epileptic Windmill », ou par la dissonance du synthétiseur de « Sweet Remains » et ses grésillements incessants. Pourtant, progressivement, Metalized Man prend ses repères. Une impression qui se confirme avec le tournant créé par « Tangled Tulips ».

Ici le bruit devient discret pour laisser place à une boucle de synthé rêveuse et apaisante. Une certaine douceur s’installe. Par la suite, bien que redevenue inquiétante, l’expérience de l’album change. Les claps crépitants de « Feints Forward » se retrouvent rythmés, et les sons stridents de « Floating Seeds » ne servent que d’accompagnement à une nappe de synthé encourageante. Maintenant, les morceaux progressent non plus dans l’agitation mais la clarté, comme signe d’une plus grande maîtrise dans ce parcours tumultueux. L’album se termine sur « Flesh Lamps & Hover Boards ». Les synthés y résonnent au rythme d’un kick fixe, finissant l’album sur un son techno froid. Ainsi s’achèvent les aventures de Metalized Man, comme une victoire sur l’inconnu.

Dans un style unique, l’artiste nous plonge dans des zones musicales inexplorées, et nous fait perdre nos repères. Par un jeu subtil sur le bruit, ce premier album sait surprendre. Il en résulte un disque sombre et intéressant pour toute personne en quête d’expérience musicale.

 

Tracklist :

01. Grind Some Gravy
02. Epileptic Windmill
03. Sweet Remains
04. Tangled Tulips
05. Feints Forward
06. Floating Seeds
07. Flesh Lamps and Hover Boards

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top