Moiré – Rolx

Cette seconde sortie confirme le potentiel d’un producteur mystérieux qu’il faudra suivre avec beaucoup d’intérêt.

70044_300

7.9

10

Label

Genre

Par Alexandre Aelov
Publié le 5 juillet 2013 | 14:28

En février dernier sortait un curieux EP aux contours assez bizarrement foutus. Never Sleep, car tel est son nom, présentait une sorte de bass music déformée, du genre bouncy bien sombre et déstructurée. Actress n’était pas bien loin dans les influences, période Splazsh, et même plutôt très près en fait, car c’est sur son label Werkdiscs que sortait ledit EP, avec un remix à la clé. Dans ces explorations lo-fi, on retrouvait un sens du décousu, du sample passé au broyeur, de mélancolie synthétique, parfait pour un set dans une crackhouse un dimanche soir. Intriguant, donc, avec du potentiel. C’est avec une certaine curiosité qu’on se devait d’attendre une autre sortie de Moiré, producteur énigmatique. Et c’est chose faite, sur Rush Hour qui plus est.

Moiré déclare être amoureux de Londres, « so raw yet so full of soul » dit-il. Sa musique se donne pour objectif de résonner comme sa ville d’adoption. Si l’intention était palpable dès le premier EP (en particulier sur la track Into), elle prend d’autant plus forme ici. I don’t get it fait figure de piqûre de rappel. Étrange groove dépitché, brume synthétique, beats toujours à la limite du bancal mais ça roule, assurément. Rolx, track éponyme, va tout de même plus loin et se démarque des premières influences par une construction plus complète qui fait oublier le côté lo-fi un peu facile des débuts. Faire crade, pourquoi pas, mais encore faut-il tenir la longueur. Pour le coup, le savant mélange d’une rythmique glitchy quasi-offbeat et de nappes imposantes donne un charme véritable à l’ensemble.
Real Special, enfin, est certainement la pièce la mieux réussie, prenant tout ce qu’il y a au-dessus et la condensant dans une fièvre bass/house noisy à rapprocher de ce qui se fait chez Apple Pips ou même L.I.E.S, fièvre codéinée mais fièvre quand même, hypnotique, moite, souterraine. Si l’énergie est typiquement dans l’air UK du temps, la perspective est en décalage complet, downtempo et difforme, sans pour autant être d’une déconstruction suprême. Et c’est ça qui fait tout l’intérêt d’une production qui aurait pu passer inaperçue.

Vous l’aurez compris, Moiré fait de la musique étrange, tantôt d’une verve à faire suer le dancefloor, tantôt prise d’une baisse de tension vertigineuse, mais toujours, résolument, absolument londonienne. Cette seconde sortie confirme le potentiel d’un producteur mystérieux qu’il faudra suivre avec beaucoup d’intérêt.

 


 

Tracklist:

A. I don’t get it
B1. Rolx
B2. Real Special

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top