Moleskin – Satis House

Moleskin revient chez Keysound Recordings avec un EP intrigant, dessinant lentement l’image d’un producteur à l’univers original.

moleskin

7.5

10

Par Aurélien Bonvoisin
Publié le 1 octobre 2014 | 18:14

Il y a un an et demi, la compilation This Is How We Roll de Keysound Recordings passait au révélateur une nouvelle scène britannique pour en faire jaillir le talent, présentant des producteurs alors méconnus mais à l’avant-garde des tentatives musicales outre-Manche. Un regard rétrospectif paraît mettre en évidence la fertilité de la démarche du label de Dusk et Blackdown : si la scène présentée reste relativement confidentielle, trois des artistes de la compilation ont depuis eu l’occasion de s’exprimer sur la longueur d’un album ; une myriade d’autres, à l’instar de Mumdance, Visionist ou Beneath, impressionnent de par leurs sorties aventureuses sur des labels variés.

D’autres artistes ont cependant maintenu leur discrétion : auteur du beau et mélodieux « Burst » en fin de compilation, Moleskin s’est par exemple contenté d’un unique EP éponyme sur son propre label Goon Club Allstars. Son retour chez Keysound Recordings, à l’occasion de ce Satis House, avait donc de quoi intriguer. L’écoute de l’EP n’apportera pas plus de certitudes ; au contraire, « Grand Ballet », placé en ouverture, se montre des plus déroutants. Si l’orientation très mélodique de la musique de Moleskin se confirme, se rapprochant à cet égard davantage de celle d’e.m.m.a. que des infrabasses minimalistes de certains de ses camarades de label, il était difficile de s’attendre à une telle ambiance. Au-dessus d’une vibrante note de basse tournoient en effet les arpèges baroques, dépourvus de tout rythme stabilisateur, suscitant un effet grandiloquent malgré le dénuement généralisé. Ce premier titre donne le ton : malgré son format, Satis House se révèle un EP difficile d’approche, impliquant des écoutes successives afin de lentement percer son vernis.

Malgré son titre, « Slow Dancing With Ms Haversham To Moments In Love In Satis House » se révèle pourtant plus apaisé, autour de rythmes traînants, toujours prompts à s’estomper. Tout aussi fantomatique, ce second titre multiplie les nappes mélodiques pour distiller ses multiples charmes. Moleskin nous porte en eau trouble, entre le grime nostalgique d’un Missingno, le dubstep mélodique de Guido ou les expérimentations synthétiques des premiers Oneohtrix Point Never. On se perd lentement dans les méandres de sons, avant d’atterir avec le suspendu « The Fantasy Between Your Lips ». Plus épuré, cet ultime titre conclut le maxi sur une note lumineuse, mettant un terme au ton mystérieux des deux premiers morceaux.

A l’instar de sa superbe pochette, ce Satis House sait donc dissimuler ses attraits. Si les premières écoutes se révèlent intrigantes, l’image d’un producteur à l’univers étonnant se dessine lentement : parfois repoussant aux premiers abords, Satis House suscite donc aussi la fascination, nous poussant à revenir sans lassitude vers sa brillante originalité.

 

Tracklist :

01. Grand Ballet
02. Slow Dancing With Ms Haversham To Moments In Love In Satis House
03. The Fantasy Between Your Lips

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top