Moomin – The Story About You

Donner naissance aux plus belles constructions à partir des éléments les plus simples.

64464xbig

8.3

10

Par David Robert
Publié le 26 novembre 2011 | 23:59

N’en déplaise aux habituels chantres du fameux “c’était mieux avant”, 2010 a indéniablement été, en matière de musique électronique, un des meilleurs crus depuis bien longtemps, ayant vu paraître deux albums qui figurent aisément au palmarès de ces dernières années : “Glass Eights” de John Roberts et “Swim” de Caribou. Ces deux disques magistraux, pas si éloignés l’un de l’autre tant dans le genre exploré que les influences qui s’en dégagent, semblent avoir signé l’apogée d’un genre montant ou plutôt existant mais ravivé dans une forme moderne, symbolisé par des labels tels que Dial, Laid Records ou encore, dans une moindre mesure, Freude Am Tanzen et bien d’autres, la deep-house.
Bien que les deux artistes suscités aient réussi à cristalliser avec brio ce mélange caractéristique d’influences house, techno, soul et jazz, toutes les expérimentations du genres qui ont suivi n’en ont bien entendu pas pour autant été vaines. Ainsi, le mois dernier, l’anglais BNJMN sortait son “Black Square” sur lequel l’homme affichait une volonté claire de renouer avec les origines des genres explorés, tentative réussie bien que non-uniforme dans sa qualité. En cette fin d’année, c’est l’allemand Moomin qui se propose de raviver la chaleur inhérente au genre avec son très bon premier album : “The Story About You”.

 Les éléments caractéristiques de la deep-house – chaleur, douceur et sensualité entres autres – étant foncièrement les mêmes depuis les origines du courant, il peut sembler tout à fait difficile voire impossible pour un artiste ayant dans l’idée d’explorer celui-ci de ne pas se heurter à l’écueil de la copie pure et simple, sans aucun ajout de valeur. En ce sens, le titre introductif du LP, “Doobies”, a de quoi rebuter l’auditeur averti : le bruit du brisement des vagues en guise d’intro, celui des mouettes par la suite, un beat lascif et un enchevêtrement de nappes sucrées ; bref, un schéma typique par excellence.
Pourtant, si ce même auditeur ne se laisse arrêter par ce sentiment de “déjà-entendu”, il comprendra bien vite que si Moomin ne révolutionne en aucun cas le genre, il parvient à exploiter avec brio une autre de ses caractéristiques : cet effet envoûtant quasi chamanique qui semble contracter le temps par son action, celui-là même qui est à l’origine de la dimension “deep” de cette house chaleureuse. C’est ainsi que la plupart des titres du disque, tous d’une durée sensiblement proche de 7 minutes, n’en paraissent pas ne serait-ce que le tiers à l’écoute.
Et s’il semble de fait évident que “The Story About You” est une pièce à part entière dont tout l’intérêt réside dans l’effet hypnotique que procure son étirement sur la durée, il n’en est pour autant pas moins possible d’en dégager certains temps forts : ainsi en va-t-il des excellents et similaires “Untitled” et “Sundaymoon”, tous deux fondés sur un beat minimaliste par essence et des boucles pianistiques du plus bel effet, exemples s’il en est de la capacité de l’allemand à se jouer du temps avec une malice non-dissimulée.

 S’il ne porte rien de musicalement novateur en lui, “The Story About You” démontre une fois de plus le talent inégalable des maîtres de la deep-house lorsqu’il s’agit de donner naissance aux plus belles constructions à partir des éléments les plus simples.


Tracklist :

01. Doobies
02. The Story About You
03. You
04. Raw Like 97
05. I Wanna
06. Untitled
07. Neither One
08. Watermelon
09. Valentine
10. Sundaymoon

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top