Mr G – J’s Credit

Un EP fait par un homme quasi mythique qui n’a, de fait, finalement plus rien à prouver.

133301

8.0

10

Par David Robert
Publié le 20 novembre 2013 | 12:31

2013 n’est pas encore terminé, et pourtant il est déjà difficile d’avoir son compteur à jour sur les EPs qu’a sortis le grand Colin McBean sous l’alias Mr G. Son unique alias actuel d’ailleurs, pour un homme qui, comme beaucoup d’autres, a multiplié les projets (The Advent…) pendant de nombreuses années.
Et celui ci lui convient si bien depuis plus de dix ans qu’il se permet de sortir un nombre de missives assez impressionnant par année, sans toutefois tomber dans le piège de l’activisme conduisant à des productions dénouées de goût et d’âme. Non, Mr G sait ce qu’il fait, entre autres avec ses basslines, depuis ces longues années, et il le fait bien, à l’image de ce superbe « J’S Credit« .

« When I start a track in the studio, it’s a bassline. A rude bassline. If you haven’t got a good bassline, what have you got?« 

 

Quelques notes de synthé un brin “dubéisé” se gravent sur le premier morceau et ne s’en détacheront que quand celui ci arrivera à son terme, pendant que dansent en fond, sur un volume variant tout le long du morceau comme un oscilloscope, des tôles froissées en apesanteur. Charnue mais pas boursoufflée, la basse colle au corps. Charnelle, elle les pénètre pour les faire vibrer.
Deux éléments viendront ici agir comme des interrupteurs à émotions, chacun avec un objectif. Le premier est cette voix, ce chant de femme, soulful, qui vient titiller la lascivité du titre. Le second est les carillons qui s’impriment comme autant d’appels à l’hypnose et aux songes. Autant dire que quand les deux entrent en symbiose et agissent de concert, le titre s’embrase et partage sa flamme avec le dancefloor qui se transforme, tout du moins on l’imagine ainsi à défaut de l’avoir vécu, en véritable feu de joie.

Doté d’un tempo plus rapide, le second titre “Toi Toi” est lui moins partagé sur les émotions, ce qui ne l’empêche pas d’être une surpuissante arme dancefloor. Sur cette vigoureuse rythmique, résonne une mélodie simple qui s’étire comme si elle avait été travaillée par le verre. S’installe alors un vocal (“Come On”), masculin cette fois, invitation supplémentaire si il y en avait encore besoin à la danse.
Tony’s Maxi”, le dernier morceau, voit Mr G travailler sur un format plus dub techno aux niveau des textures tout en maintenant une certaine puissance sur la basse et une belle cadence sur la rythmique. Reverb et échos façonnent ainsi le synthé principal du morceau dont la ligne est tout ce qu’il y a de plus minimaliste puisque constituée d’un motif unique. Quelques éléments habillent ensuite le titre, comme cette nappe façon science fiction et ces balbutiements humains mâchés au possible.

 

Si ce dernier morceau dénote par rapport à ses deux grands frères de tracklist, il montre une nouvelle fois que Mr G sait façonner avec des contours toujours divers et variés. Un pas de côté donc, sur un EP emmené avec une classe immense par sa face A, le tout par un homme quasi mythique qui n’a, de fait, finalement plus rien à prouver.

 

 

Tracklist :

01. Let Down
02. Toi Toi
03. Tony’s Taxi

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top