Notre report du cinquième Monticule Festival

Ilian Tape, Blawan, BFDM ou Rabih Beaini figuraient au programme de la cinquième édition du Monticule Festival, sur le domaine de Gayfié : retour sur les temps forts.

Monticule-Festival-2019-1-740x1046
Par Loten Grey
Publié le 5 juillet 2019 | 16:10

« Tu connais pas le Monticule Festival ? Toi qui aimes bien les festivals éclectiques plutôt intimistes et dans des coins perdus, ça devrait te plaire ! » Il n’en fallait pas moins pour éveiller ma curiosité… Direction le Lot dans le Sud-Ouest de la France pour découvrir ce fameux « Monticule » dont la 5ème édition se tient du 19 au 23 juin.

La route pour accéder au site nous fait traverser des petits chemins de campagne et villages bucoliques, cette région est décidément magnifique et on se plait à se dire qu’on va y passer quelques jours hors du temps, loin du tumulte de la civilisation. Dès notre arrivée, le ton est donné, un accueil simple et chaleureux, souriant, dans un décor de nature splendide. Une fois notre tente posée dans la zone camping (super agréable au passage, de grands espaces sous les arbres, où chaque groupe de festivaliers peut se monter son petit hameau éphémère de tentes), on fonce vers le lieu des festivités histoire de prendre nos repères avant la tombée de la nuit. Le Domaine de Gayfié qui accueille le Monticule festival est vraiment plein de charme, on s’y sent comme à la maison dès l’instant où l’on rentre dans les lieux. Plusieurs espaces cosy sont aménagés autour des différentes scènes : hamacs, espaces chill out disséminés un peu partout, avec balançoires et mobilier en bois, grandes pelouses ombragées, une piscine pour se rafraîchir, une food zone qui met en avant les spécialités gourmandes et viticoles locales, un espace bien-être avec des sessions yoga organisées, tout ceci, avec une vue imprenable sur une des vallées du Lot.

Depuis maintenant 5 ans, une bande de potes de Munich investit ce lieu et propose à chaque fois une programmation éclectique, allant de la techno au grime, en passant par de l’électro, ambient, disco et autres sons breakés. Avec une capacité limitée à 1500 personnes (Allemands et Français pour la plupart), ce rassemblement ressemble plus à une géante private party qu’à un festival et personnellement, ça me va parfaitement. Leur volonté était de créer une véritable petite communauté autour de cet évènement, et on peut dire que c’est plutôt réussi. Les bonnes vibes qui se dégagent de ce lieu et  toute cette énergie et bonne humeur entre participants en témoignent clairement.

C’est vendredi soir, et la scène dédiée au label Ilian Tape démarre avec Stenny aux commandes. Avec un set alternant techno froide et breakbeat anglais, le DJ et producteur italien amorce un début de soirée prometteur, perché sous les étoiles et profitant d’un dancefloor en plein air où le public se réveille doucement mais sûrement d’une longue torpeur durant ces journées de canicule estivale. S’ensuivent les Zenker Brothers avec un set furieusement efficace et enfin, Blawan en pleine forme. On y est, en plein dedans, la fête, c’est nous aussi ! Les DJs sont tout aussi chauds que le public, et la proximité de la scène ne fait que renforcer cette osmose.

A 3 heures du mat, on enchaîne dans la Grange, qui de l’extérieur en a tous les attributs champêtres. Une fois à l’intérieur, c’est dans un mini club surchauffé à la berlinoise que l’on plonge, sombre et secret, avec des corps endiablés et transpirants sur un set pulpeux de Jennifer Cardini. Loin d’être finie, la soirée se prolonge ainsi jusqu’à 8h du matin pour les plus motivés.

Le lendemain, c’est le crew français du label BFDM (Brothers From Different Mothers) qui reprend les commandes sur le Pool Stage à 10h du matin. Avec Judaah, Low Jack et Simo Cell en back to back pour commencer, suivis de Oko Dj, Low Bat et enfin The Pilotwings, toute la journée est rythmée de sons grime, hip-hop, italo-disco, electro et dub, réunissant tous les ingrédients qui font le succès de ce collectif, devenu désormais incontournable des plus gros événements organisés un peu partout en France et Europe.

Le soir, c’est Gilb’R, patron du label Versatile, et ses invités, qui ouvrent la scène principale en compagnie de Tako, pour un set funky disco. Les amateurs du genre sont là, et si je ne suis pas fan de ce type de sons, ça a le mérite de donner une chouette ambiance sur le dancefloor. Sur fond d’été et de rosé, c’est même plutôt pas mal. Alors que je m’éloigne pour me poser plus loin de ce tumulte à paillettes, des sonorités distordues percussives sur fond de chants mystiques viennent me happer. La grosse claque du festival arrive : je découvre Rabih Beaini aka Morphosis, producteur libanais sur les labels Morphine (le sien), Honest Jon’s, Delsin…, pour trois heures de dinguerie sonore totale. Entre techno glaciale analogique et percus bouillantes et noisy, c’est un véritable tapis rouge déballé sur de la polyrythmique sombre et intrigante que nous offre l’artiste. Le voyage dans lequel nous plonge Rabih Beaini laisse quelques personnes du public déconcertées, certaines pleines de stupeur, et d’autres émerveillées comme moi. A ce moment là, je décroche et je profite de ces espaces-temps festifs, alternant dancefloor et ballades en forêt (il y a une grotte incroyable pour ceux qui s’aventurent loin des sentiers balisés, et le Lot pour s’y baigner au pied de la colline), micro-siestes au chill out bercées par des sets ambient du label Malka Tuti, pause aligot saucisse au food corner, rires échangés avec nos voisins de camping… Au final, ce festival est tout à l’image de ce qu’on m’avait annoncé, intimiste, avec une ambiance conviviale et détendue, dans un lieu de nature magique, organisé de façon ultra cool par nos chers voisins allemands, où il fait bon de danser sur de longs sets. Nul besoin de vous dire qu’on vous recommande vivement la prochaine édition, les billets sont déjà en vente ici.

Crédit photos : Leo Konopizky / Christelle Garic / Monnier Ostermair

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top