Ø – Konstellaatio

Ce Konstellaatio est une véritable machinerie qui nous échappe mais qui est savamment organisée, un espace dont on n’aurait pas encore perçu les limites.

Ø - Konstellaatio

7.8

10

Par Raphael Lenoir
Publié le 8 février 2014 | 18:08

Finlandais aujourd’hui basé à Berlin, Mika Vainio (alias Ø) a côtoyé les plus grands noms de l’IDM lorsque ce genre était à son apogée. Tout le monde se souvient de Pan Sonic, duo qui fût trio pendant un temps, reconnu à l’échelle internationale et officiant depuis 1995. Si Pan Sonic concentre à lui seul une vingtaine de longs formats et une importante proportion de pépites, les autres side projects de Mika Vainio n’ont rien à lui envier. On se souvient notamment de sa participation pour le Vladislav Delay Quartet ou son duo avec Alva Noto.

Après « Kilo » qui aura eu l’occasion (une nouvelle fois) de faire des émules l’année dernière sur Blast First Petite, « Konstellaatio » est la pénultième œuvre d’un compositeur assez prolifique, et elle ne saurait faillir à la réputation de sieur Vainio. Parue sur son propre label, Sähkö Recordings, installé lui aussi dans les contrées nordiques, c’est la première sortie en tant que Ø depuis 2011. Partons donc à la conquête du grand Nord, voire plus encore…

 

Ce qui frappe d’emblée l’auditeur à l’écoute, c’est la rigueur sonore qui s’en dégage. L’album suinte en effet la froideur méthodique. La mécanique est toujours aussi huilée, la précision aussi mathématique. « Neutronit », bien qu’il soit le morceau le moins long de l’album, est constitué d’une boucle très courte de glitchs armés de basses caverneuses, entrecoupés d’une pulsation aigue, comme si l’on était dans le cockpit d’un engin dernier cri dont on n’aurait pas encore appris toutes les fonctionnalités. Une machinerie qui nous échappe mais qui est savamment organisée, un espace dont on n’aurait pas encore perçu les limites. La répétition s’installe mais l’attention n’en diminue pas pour autant, car la construction sonore sur laquelle Mika soude ses composants s’enrichit au fur et à mesure, nous obligeant à rester aux aguets.

A nouveau, comme dans la plupart des disques du finnois, l’artiste nous montre ce qu’il sait faire en terme de soundscaping ambient, sur « Elämän Puu » notamment, empli sur la fin de mélodies cristallines et rêveuses qui contrastent avec les basses ronflantes (mais pas trop), donnant un rendu pour le moins singulier chez ce compositeur.
Car ce Konstellaatio s’avère finalement être beaucoup moins abstrus, moins rude que le reste de ses productions, du fait de la disparition des tracks plus noise, des textures raw, sèches et rugueuses qui étaient autrefois monnaie courante. Moins de bruit blanc, plus de nappes en filigrane, mais toujours autant de respect pour ces structures qui semblent obéir à un code numérique scrupuleusement écrit et n’autorisant aucun écart.

Pas de mise à l’épreuve cette fois-ci donc, mais devant ce perfectionnisme caractéristique, on ne peut que tomber sous le charme, d’autant plus que l’on gagne en visibilité et accessibilité. Quoi de plus normal après tout puisque le thème de cet album est la description en musique de notre constellation (ou d’une autre, c’est selon). Le silence c’est le vide. Voilà pourquoi sur la deuxième moitié de l’album le beat s’évanouit, lui qui était avant notre fidèle compagnon de route sur Syvyydessä kimallus. Il est subitement sublimé par la venue de ces tracks ambient polies et poreuses, laissant entrevoir ces étendues insondables.

 

Même en donnant l’impression de proposer toujours la même formule basée sur une IDM racée, assemblée avec des pistes ambiantes, le tout taillé dans la roche granitique des alpes scandinaves, Ø explore de nouvelles formes et de nouveaux espaces à travers des productions plus dépouillées et moins exigeantes.
Ainsi, Konstellattio, œuvre in situ, ne réinvente pas le genre, mais a le mérite de proposer quelque chose d’autre dans un écrin toujours aussi propre. Un disque à garder auprès de son chevet, idéal avant d’aller se coucher, histoire de faire gamberger son esprit sans retenue dans ces contrées froides et hostiles à toute forme de vie.
 

Tracklist :

01/ Otava
02/ Syvyydessä Kimallus
03/ Kesäyön Haltijat
04/ Neutronit
05/ Elämän Puu
06/ Talvipäiva, Yanha Motelli
07/ Metsän Sydän
08/ Syvänteessä Pukinjalkaisen
09/ Takaisin

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top