Olekksii – Iris

Douce surprise pour un artiste qui mériterait décidément plus de couverture. Olekksii vient de poser les bases d’un univers musical sérieux, plein de finesse et tout en suspension à travers ce premier EP.

CS2114968-02A-BIG

7.3

10

Par Raphael Lenoir
Publié le 21 février 2013 | 18:20

En voilà un hurluberlu sorti de nulle part. Mais finalement, il n’est presque plus étonnant de tomber sur des artistes tapis dans l’ombre alors qu’ils mériteraient la reconnaissance.
Olekksii, dont on ne sait manifestement pas grand-chose (il fallait s’en douter), est un Ukrainien répondant au nom d’Alexey Krolevets (à vos souhaits). Un à vos souhaits semi-poli qui pourrait bien prendre corps à l’écoute de cet EP, fraîchement sorti sur le label Fluttery Records en ce début de mois de février et nommé Iris. Un Iris qui ne ressemble pourtant pas vraiment à une plante comme les autres.

Réalisées entièrement à l’aide de fils électriques, les productions oscillent entre modern classical mélancolique et IDM léchée. Et franchement le résultat est bien loin d’être mauvais. Subheim pâlirait d’ailleurs très certainement de jalousie en écoutant un morceau comme Eternal Glory. Car s’il n’est pas difficile de rajouter quelques glitchs sur un piano perdu au milieu de nulle part, il est cependant plus ardu de créer un rendu sérieux puis, si on a un peu de chance, beau.
Ce n’est pas par son originalité que l’on retiendra cet EP, mais par sa désinvolte simplicité alors qu’on sent une réelle maîtrise technique, et ce même si l’artiste ne semblait avoir aucune expérience en la matière. Les textures apparaissent finement ciselées, d’une précision mathématique. C’est en cela que l’on découvre une certaine splendeur ici. Oui, car Music Is Math, comme l’a parfaitement affirmé Boards of Canada il y a quelques années de cela qui est sans doute un de leurs meilleurs morceaux à ce jour, mais on s’égare… Et quoi de mieux que l’IDM pour le prouver : cette musique de nerd par excellence (oui, arrêtons de nous voiler la face), qui cherche la grâce par le numérique, l’orgasme par la relation de deux bits (nous réclamons l’indulgence pour cette blague).
L’instrumentation est exemplaire tout au long de l’EP. Les cordes et les cuivres viennent saupoudrer de-ci de-là les ambiances sereines mais instables, enrichissant un univers nouveau et déjà plein de promesses. Les rythmiques sont efficaces sans être trop présentes. Elles nous rappellent en permanence que nous sommes sur la corde raide, perchés entre deux tours au-dessus des nuages, cernés par la brume et le vent traître qui souffle ses mots doux en même temps qu’il perturbe notre équilibre déjà précaire. Pourtant, nous ne tombons pas, et nous franchissons une à une les étapes pour finir sur le langoureux Semitone Waltz, essoufflés mais parfaitement apaisés. Agréable dénouement n’est-ce pas ?

Douce surprise pour un artiste qui mériterait décidément plus de couverture. Olekksii vient de poser les bases d’un univers musical sérieux, plein de finesse et tout en suspension à travers ce premier EP. Il ne nous reste qu’à lui souhaiter un brillant avenir mais aussi, comme le fait si bien un certain animateur télé porté sur le grand bleu, bon vent.

 


 

Tracklist :

1. Eternal Glory
2. Molekula’s Dance
3. Iris
4. Exhale
5. Light Sorrow
6. Em Majesty
7. Last but One
8. Semitone Waltz

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top