Pact Infernal – The descent part II

Suite et fin d’une descente aux enfers sans concessions.

SMGHORO08-Artwork

8.5

10

Par Martin Drazel
Publié le 10 mars 2016 | 15:44

Pact Infernal, artiste refusant obstinément de révéler son nom, avait déjà bluffé la rédaction avec la première partie de The Descent sortie chez Samurai Horo l’année dernière. Remarqué pour la précision de ses textures sonores, cet EP avait été remixé par Lucy quelques mois plus tard. Nous attendions avec impatience la seconde partie de ce projet démoniaque, et nous voilà comblés.

 

Le principe n’a pas changé : l’artiste, inspiré par la Divine Comédie de Dante, structure les deux EPs dans une progression méphistophélique s’enfonçant dans les circonvolutions de l’enfer. Cette seconde partie de The Descent débute dans le cinquième cercle, celui de la colère. On retrouve instantanément ce qui nous a fait vibrer dans le premier tome, à savoir cet étouffement sombre, presque glauque, que produit l’univers de Pact Infernal. Naviguant entre bass music, drum & bass expérimentale et autres élans tribaux, il est particulièrement complexe d’étiqueter la musique de cet artiste incognito. Personne d’autre ne manie aussi bien ce mélange entre percussions envoûtantes, chants sabbatiques perdus dans l’espace et autres bruitages de cimetières, à l’instar de ce cinquième cercle colérique. L’hérésie guette son tour, remplie de grincements psychotiques, de rythmes assourdissants et de cris empreints d’une folie saturée. Ce sixième cercle est un très bon exemple du talent de l’auteur : cette capacité à utiliser et user jusqu’à l’os des textures sonores discordantes pour les unifier grâce à une structure musicale quasiment narrative. Ses morceaux accélèrent, ralentissent, dédoublent puis simplifient l’intensité rythmique, tout en n’oubliant pas l’oppression exercée par le travail atmosphérique.

Le sept est un chiffre hautement symbolique dans la plupart des cultures religieuses, quelles soient tournées vers Dieu ou Satan. Le septième cercle insiste sur ce symbole avec une vision martiale de la violence très vindicative. Ce sont tout d’abord de grands gongs qui annoncent l’arrivée de l’assaut radical d’un grattement de basse qui devient totalement omniprésent lorsque le morceau se développe. C’est effectivement énormément de violence qui transparaît dans ce « Circle VII (Violence) », même si elle reste très subtile, l’artiste préférant l’asphyxie à la démonstration de force. Ce genre d’équilibre subtil entre agression auditive et travail sonore délicat mérite tous les honneurs, même s’il s’agit de sacrifier quelques vierges.

Il nous reste encore à arpenter les cercles de la fraude et de la traîtrise. Le huitième cercle se place dans une dimension sordide où des démons mineurs nous murmurent aux oreilles des rituels inconnus alors qu’une transe désarticulée s’interpose dans notre turbulente méditation. Le tout s’arrête soudainement pour laisser des prêches douteux s’exprimer, jusqu’au retour de ces maudits diablotins bavards. Cette véritable plongée au sein du Pandémonium s’arrête au neuvième cercle, celui de la traîtrise. Assez court, ce morceau conclut le diptyque avec une interprétation de la calomnie très nippone. On ne comprend pas vraiment ce que raconte ce rônin lors de ces intenses trente secondes, mais cela semble sceller une fois pour toute le pacte, refermant le livre des sorcières, laissant nos âmes à l’abandon.

 

Ce genre de projets énigmatiques ne peut que titiller la curiosité du passionné de musiques électroniques. Pact Infernal a réussi à créer son identité, ce sans jamais montrer son visage au grand jour. Les questions resteront suspendues : qui se cache donc derrière cet alias, quelle analogie entre littérature et expérimentations sonores nous réserve t-il, arriverons-nous encore à nous en sortir indemnes ? Car force est de constater qu’une fois charmé, l’auditeur risque bien d’y délaisser une partie de lui-même. Il ne vous reste plus qu’à tracer des pentacles sur les murs et écouter les deux tomes de The Descent à la lumière de bougies pourpres tout en vous abreuvant de sang de bouquetins noirs.

 

 

Tracklist :

Circle V (Anger)
Circle VI (Heresy)
Circle VII (Violence)
Circle VIII (Fraud)
Circle IX (Treachery)

Vous aimerez surement


    Fatal error: Uncaught Exception: 12: REST API is deprecated for versions v2.1 and higher (12) thrown in /home/seeksick/www/wp-content/plugins/seo-facebook-comments/facebook/base_facebook.php on line 1273