patten – Requiem

En quatre titres, Requiem, nouvel EP pour Warp, développe une nouvelle fois le passionnant univers sonore de patten.

requiem

8.2

10

Par Aurélien Bonvoisin
Publié le 7 juillet 2017 | 6:44

La musique de patten suit ses propres règles, se déployant sous la forme d’un complexe enchevêtrement de références et de sonorités, chaque élément existant dans sa propre sphère et venant résonner avec les autres composantes de l’assemblage. Devenu un duo à l’occasion de son dernier album pour Warp Records, Ψ, paru l’an passé, patten persiste sur cette ligne, et continue de nous dévoiler son propre univers sur Requiem, nouvel EP quatre titres pour le mythique label de Sheffield.

L’esthétique commune qui unit les structures alambiquées du projet peut se développer de diverses manières. A l’orée de l’EP, « Amulet » adopte la forme la plus rugueuse, accueillant l’auditeur par un mur de saturation recouvrant avec violence des percussions saccadées. Se rapprochant des méthodes du shoegaze, patten dissimule ici sous ces vagues de distorsion des vocaux apparemment aériens, soutenant une mélodie découverte par fragments, souvent masquée par l’animosité des forces dominantes du titre. Relativement court (comme tous les titres de l’EP), ce premier morceau laisse le champ libre à un « Zoning » dans lequel cette tension s’exprime de façon différente : si le niveau de saturation redescend, ce sont ici des percussions endiablées et des crissements qui tracent le fil directeur du titre, sur lequel interviennent à nouveau les vocaux du duo. En deux titres, on comprend que patten n’a rien perdu de son inépuisable inventivité, laissant éclater sa créativité dans des directions qui lui sont systématiquement propres.

Mieux, le projet se démarque également par une maîtrise toujours plus grande d’un univers semblant pourtant se renouveler à chaque itération. Sur « Rails », le duo s’adonne ainsi à un exercice plus minimaliste, tout en sachant dérouler le son caractéristique de patten : l’ambiance se fait ici pesante, heurtée par ces leads saccadés et par une boucle rythmique menaçante. Cette atmosphère se prolonge sur le lancinant « Rails », devenant progressivement plus lourde et orageuse, épaissie par le renfort de voix obsédantes. Un dernier titre qui étend les interrogations ouvertes par les premiers titres plutôt que d’y répondre, comme pour mieux rappeler la diversité des univers abordés par le duo en à peine 14 minutes, mais aussi l’esthétique qui caractérise l’ensemble de l’EP.

Requiem apparaît donc comme une confirmation après l’album de l’année passée : patten n’a rien perdu de sa superbe, ni de son passionnant univers sonore. La progressive transformation du projet ne semble avoir aucune prise sur le mystère qui hante chacune de ses productions : en quatre actes, Requiem en fournit une nouvelle démonstration.

Tracklist :

01. Amulet
02. Zoning
03. Rails
04. Swarm

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top