Paul Régimbeau (Mondkopf) et Frédéric D.Oberland nous présentent NAHAL Recordings

On vous présente NAHAL recordings, petite soeur mystique et bizarre d’In Paradisum, accompagné de quelques mots des maîtres de la créature.

bandcamppatchsized
Par Antonin Bohl
Publié le 12 juillet 2018 | 9:16

Paul Régimbeau (Mondkopf, Autrenoir, Extreme Precautions, FOUDRE!) représente ce que l’on fait de mieux en production et représentation musicale électronique en France actuellement. Ses nombreux alias et collaborations témoignent de son incessante volonté d’exploration et d’expérimentation. Alors quelle était notre joie à l’annonce de la naissance de NAHAL Recordings, petite sœur de In Paradisum, dont la qualité du catalogue est presque indécente.

Le nouveau label est donc créé en ce début d’année 2018 à l’initiative de Paul et du multi- instrumentiste/photographe Frédéric D. Oberland (Oiseaux-Tempête, Le Réveil des Tropiques, FOUDRE!, FareWell Poetry, The Rustle of The Stars). NAHAL Recordings réalise des disques étranges et des objets physiques (écussons, sérigraphies, tee-shirts) en édition limitée.

La structure s’est associée à James Plotkin (ingénieur-son et musicien culte de musiques extrêmes, ayant officié dans Khanate, O.L.D, Phantomsmasher) pour le mastering et à Thibault Proux (Sonic Protest, In Paradisum, Warp) pour le graphisme, de plus chaque artwork est issu d’une collaboration avec un artiste visuel contemporain (photographe, illustrateur, plasticien…).

Pour l’occasion, nous avons pu poser quelques questions à Paul et Frédéric :

Qu’est-ce qui vous a poussé à fonder NAHAL Recordings, et pourquoi dissocier la structure de In Paradisum?

Paul : In Paradisum représente plus les points de convergence entre mes goûts et ceux de Guillaume et est plus porté sur la musique électronique là où NAHAL sont ceux de Frédéric et moi et peuvent représenter un spectre plus large de genres musicaux.

Frédéric : NAHAL Recordings est la petite soeur mystique et bizarre de In Paradisum. Après quelques années à faire de la musique avec Paul au sein de FOUDRE!, Oiseaux-Tempête et autres collaborations, on a décidé de lancer cette nouvelle aventure comme un petit manifeste d’amour des disques qui transportent – qu’on réaliserait sous la forme d’objets physiques essentiellement.

D’ailleurs, d’où vous vient ce besoin de multiplier les alias et les formations ?

Paul : Sûrement un besoin de ne jamais se répéter ou de se contenter d’une formule. Aussi le besoin de rencontre. Créer de nouvelles entités avec des personnes auxquelles ont se sent lié esthétiquement et amicalement. C’est très inspirant et en musique électronique on a tendance a beaucoup rester solitaire et à tourner en rond si on ne va pas à la rencontre des gens.

Frédéric : Je crois qu’on est multiple, qu’on a besoin de l’être. Et que les formes à plusieurs enrichissent les palettes, permettent de creuser, et parfois de trouver. Il y a sans doute aussi une quête de sens, de sensations, de moments à vivre qu’on « doit » saisir dans ce monde qui paraît si fucked-up…  Jouer avec différents groupes, avoir la chance de tenter des choses et voir si ça rebondit, tout ça c’est enrichir son désir et faire un beau doigt d’honneur au cynisme des temps actuels.

Quelques mots sur cette première sortie avec Charbel Haber, dans quelle condition a-t-elle été enregistrée, avec quelles intentions ?

Paul : Charbel et moi nous sommes rencontrés durant la tournée du dernier album de Oiseaux-Tempête. Pendant la résidence de deux semaines à Nancy, on s’amuser à jamer pendant que tout le monde vaquait à d’autres occupations et trouvant plaisir à jouer ensemble on s’est dit qu’il fallait enregistrer dans de bonnes conditions ce langage qu’on s’était trouvé. On est donc allés au studio Mer Noir à Paris pour y passer deux jours et créer notre premier album. On avait vraiment envie de faire quelque chose de lumineux mais avec une pointe de malaise…

Y-a-t-il un prochain rendez-vous de prévu pour NAHAL Recordings ? Des représentations à venir ?

Paul : On aura un stand au Village Label de Villette Sonique à Paris le week-end du 26 – 27 mai, pour ceux que cela intéresse. Et Good Luck In Death sera en concert DAda à Toulouse le 30 juin, on cherche des dates aux alentours !

Frédéric : On est invité cet été avec NAHAL Recordings à performer ensemble Paul et moi pour un festival secret en Corse, Providences. Ce sera la première fois qu’on jouera en duo. Et à l’automne prochain, sortie du NAHAL003 : Labyrinth une pièce sonore un peu folle que j’ai réalisée, issue d’une installation autour de L’Expérience Intérieure de Georges Bataille et du dernier chant de l’Enfer de Dante Aliegheri, ainsi qu’une réédition en vinyle pour la première fois du ‘Orbs & Channels’ de Saåad (NAHAL004), petite bombe sortie il y a quelques années en cassette chez Hands In The Dark. Et d’autres choses sont déjà dans les tuyaux pour 2019.

Merci à Paul et Frédéric pour leurs réponses et on suivra l’évolution du label avec attention.

Interview exclusivement en Français.

Vous aimerez surement


    Fatal error: Uncaught Exception: 12: REST API is deprecated for versions v2.1 and higher (12) thrown in /home/seeksick/www/wp-content/plugins/seo-facebook-comments/facebook/base_facebook.php on line 1273