Pearson Sound – Robin Chasing Butterflies

Pearson Sound poursuit, imperturbable, sa trajectoire musicale avec Robin Chasing Butterflies, nouvel EP empreint de splendeur et de poésie.

pearson sound

8.8

10

Par Aurélien Bonvoisin
Publié le 3 juin 2017 | 13:51

Parmi les nombreux artistes ayant émergé dans le sillage de l’éclatement de la scène dubstep à la fin des années 2000, David Kennedy s’est rapidement distingué au nombre des plus intéressants. Plutôt que d’opter pour l’une des branches issues de cet éclatement, l’artiste londonien a patiemment étoffé son catalogue avec des sorties éclectiques, aptes à figurer chez Hemlock ou Night Slugs, Butterz ou Swamp81, dans une sorte de longue découverte de son propre monde musical. Se réservant depuis quelques années à son propre label Hessle Audio ou à des sorties autodistribuées, Pearson Sound a ainsi su construire une identité sonore immédiatement discernable, qui sans être véritablement surprenante, captive et fascine au moindre souffle. Et si ses EPs se sont progressivement fait plus rares, ils n’en semblent que plus précieux, tant chaque nouvelle pièce paraît témoigner d’un nouveau pas dans la maîtrise de cet univers singulier.

Nouvel EP de l’artiste, Robin Chasing Butterflies est une nouvelle illustration de ce constat. On navigue en permanence, au long de ces vingt courtes minutes, en terrain – relativement – connu, fait de structures rythmiques minimalistes et syncopées, ne répondant à aucun schéma préalable, aux sons simples mais exerçant une attraction magnétique, de boucles synthétiques et de frêles expérimentations ambient. Pourtant, Pearson Sound parvient une nouvelle fois à subjuguer, ne laissant rien échapper de la majesté qui émane toujours de ses productions.

Superbe pièce inaugurale, « Robin Chasing Butterflies » incarne à la perfection cette identité, autour d’une progression minutieuse superposant à une ligne accidentée de percussions des arpèges cristallins. Les éléments sont ici soigneusement distillés pour construire un ensemble empreint de sembleur et d’une forme de féérie, faisant de ce titre éponyme une nouvelle itération d’une énigme bien connue mais qui ne perd rien de son mystère.

Une même mélancolie s’empare de la seconde partie de l’EP, doucement ouverte par le beau « Eels », écho lointain du Raindrops d’il y a trois ans. L’artiste dispose ici quelques simples notes tissant une mélodie évocatrice sur des nappes de bruitages et sur une sombre boucle faisant office de fond de tableau. Loin de ne constituer qu’une simple pause en milieu d’EP, « Eels » apparaît comme une proposition à part entière, ouvrant la voie au très bon « Heal Me », qui fait alors office de synthèse. Si l’on y retrouve nos habituelles percussions, ce dernier titre donne une importance accrue aux textures nocturnes qui en fondent l’atmosphère, avant de se dissoudre dans les résonances de ces différents éléments.

Imperturbable, Pearson Sound nous sert avec Robin Chasing Butterflies une nouvelle pièce maîtresse nous laissant, à chaque seconde, entrevoir des contrées irréelles. Chacun des trois titres ici présentés envoûte dès les premiers abords, avant de révéler d’écoute en écoute de subtils détails qui renouvellent la poésie qui se dégage de l’ensemble : en attendant la suite, l’audition répétée de ces trois perles est donc fortement recommandée.

Tracklist :

01. Robin Chasing Butterflies
02. Eels
03. Heal Me

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top