Photophob – Sound Of Concrete Remixed

Remixes d’une pierre angulaire.

R-2687591-1296621339

6.7

10

Par David Robert
Publié le 17 mars 2011 | 22:39

Titre du morceau d’ouverture du premier album de Photophob sorti en 2004, Laridae est, par la même appropriation d’idée, le nom du netlabel qu’il a fondé peu avant avec Firnwald et Red.chamber. Et depuis ce doublon créateur, on peut dire que Herwig Holzmann ne s’est pas tourné les pouces : pas moins de 13 longs formats sont à compter (principalement sur Laridae mais pas que) jusqu’à aujourd’hui, le dernier en date étant “Sound Of Concrete Remixed” (2 février), album de remixes de la précédente galette “Urban Dialectics”.

Sans grande surprise “Sounds Of Concrete” qui a donné ses lettres à l’album en est la pierre angulaire, prenant pied sur la moitié des remixes. Ce n’est donc pas non plus avec le plus grand des coups de théatre que l’on découvre que ce sont principalement les remixes dudit titre, base des plus somptueuses et avantageuses, qui arrivent à se hisser un cran au dessus des autres.
Première salve, et surement la plus puissante, Hecq harponne les nappes utopistes et solaires de l’originale pour insuffler un dubstep aussi sinistre que menaçant. Entre ombre et lumière, aucun doute possible, la bipolarité de Hecq est sacrément délectable. La transformation de “Backyard Prophet” en une sorte de simili deep-house par Simon/Off en suivant s’avère à l’inverse un peu trop pâle pour être pleinement convaincante. Une ligne de guitare électrique et quelques hululements introduisent le second remix du titre pivot par Beitegeuze ; un véritable chant de sirène mystique aura vite fait de nous séduire pour mieux ensuite nous laisser perdu au milieu de paysages inconnus et remplis de sbires synthétiques prenant un malin plaisir à nous titiller de leur furtive acidité. Après un remix de “Neon Refuse” par Tomoroh Hidari, dubstep manquant clairement de reliefs, nous revoici coincés par la beauté de “Sounds Of Concrete”. C’est cette fois-ci guidée par Dr. Nachtstrom que la magie opère, ce dernier n’effectuant pas une refonte de l’originale mais offrant juste ce qu’il faut pour lui donner un tout autre éclat : une rythmique hip-hop plus marquée ainsi que des infrabasses dont la profondeur ne peut que rendre les nappes encore plus célestes et insaisissables.

Le voyage continue encore sur 3 pistes mais, et bien que la suite ne soit pas non plus déplaisante (notamment le remix par Firnwald) au point d’écourter le séjour, ce qu’il y avait de meilleur à voir est malheureusement déjà derrière nous.


Tracklist :

01. The Sound Of Concrete (Hecq Melting Streets Remix)
02. Backyard Prophet (Simon/Off Remix)
03. The Sound Of Concrete (Beitegeuze Remix)
04. Unforeseen (A Remix Of Neon Refuse By Tomoroh Hidari)
05. The Sounds Of Concrete (Dr. Nachtstrom Remix)
06. Mighty Metro Monk (Sub Version)
07. The Sound Of Neon (Coppice Halifax Dub Construct)
08. The Sound Of Concrete (Firnwald Remix)

Vous aimerez surement

    3 Comments

    1. this is a boo 17 mars 2011 at 11:45

      Je le télécharge direct pour me faire un avis!

    2. Stéven 18 mars 2011 at 1:51

      Merci beaucoup !!

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top