Polar Inertia – Kinematic Optics

« Kinematic Optics » est à ce jour le projet le plus abouti et le plus ambitieux de Polar Inertia : un nuage impénétrable de cendres soniques, abstraites et cathartiques

Polar Inertia - Kinematic Optics

9.0

10

Par Davy Trn
Publié le 29 juin 2015 | 18:12

Entité techno énigmatique se plaisant à opérer depuis les ténèbres, Polar Inertia fait à raison la fierté du label parisien Dement3d. Inspirée par une interprétation dystopique techno des années 90 et par les classiques de la science-fiction, la musique du duo est extrêmement contrastée, à la fois délicate et sans merci, combinant une dureté macabre à une dense masse de sons organiques et atmosphériques, à l’intensité psychologique avérée.

De leurs précédents travaux « Indirect Light » et « The Last Vehicle » et de leurs sporadiques communications avec le monde extérieur émerge une certaine structure. Il est en effet aisé de saisir la continuité de leur projet artistique. On retrouve à l’écoute bien plus d’émotions et de mélodies que dans la plupart des productions techno modernes, savamment écrasées par

une imagerie post-apocalyptique.
Ce nouvel EP, « Kinematic Optics », est particulièrement novateur et ne se contente pas simplement d’être d’une beauté aride, aliénante et saisissante : il vient aussi repousser les frontières de la techno.

 

Les tracks de la face A se réclament plus d’une techno lourde, fluide et lancinante, et tandis que « Floating Away Fire » se drape dans des nappes saturées qui submergent peu à peu les autres éléments, « Hell Frozen Over » se montre plus martiale et dépouillée en ne se permettant que de courtes envolées mélodiques, écrasées par des textures complexes à la beauté apocalyptique. « Vertical Ice » est bien plus aérienne, et, dans un élan inarrêtable, émerge une tempête absolument épique.

« Kinematic Optics » conte lui un holocauste nucléaire, l’extermination de l’humanité par les machines, un classique de la sci-fi évoqué dans un paysage sonore particulièrement sombre et détaillé. C’est cette même précision et cette attention extrême aux détails portées par le duo dans la composition des trois premiers tracks de l’EP qui les rend aussi intéressantes à écouter, malgré leur côté plus concret et fonctionnel.

 

un nuage impénétrable de cendres soniques, abstraites et cathartiques

 

Enfin, le final « Can We See Enough To Move », une performance de 40 min séparée en deux tirées d’un live à Bruxelles, est un nuage impénétrable de cendres soniques, abstraites et cathartiques, suggérant la fin de la souffrance physique que l’on peut trouver dans le confort de la mort. Entre le bourdonnement des drones, la superposition de textures, pads, feedbacks, cette toile sculpturale nous transporte tranquillement à son zénith, avant de s’évaporer doucement dans le silence.

 

Entre ambient, drone et techno, cet EP est une vraie réussite : « Kinematic Optics » est à ce jour le projet le plus abouti et le plus ambitieux de Polar Inertia. D’une durée de plus près de 80 minutes, il ne porte d’EP que le nom, et s’écoute comme une pièce unique. Ce format sied parfaitement à leurs idées et leur interprétation irrésistible de la techno.

 

Vous aimerez surement


    Fatal error: Uncaught Exception: 12: REST API is deprecated for versions v2.1 and higher (12) thrown in /home/seeksick/www/wp-content/plugins/seo-facebook-comments/facebook/base_facebook.php on line 1273