[Premiere] De l’ambient trans-genre par l’androgyne Serena Butler

Le titre de conclusion du quatrième EP de l’artiste multi-sexe nous plonge dans les méandres d’une musique métissée brisant les codes.

291367
Par Martin Drazel
Publié le 25 octobre 2017 | 9:52

Concept androgyne, Serena Butler se décrit comme une entité virtuelle féminine évoluant dans un corps matériel masculin. Véritable manifeste vivant, « ille » se veut une abolition métaphorique des genres, poing levé contre la patriarchie sociétale, oblitérateur de cette ligne tracée dans le ciel entre hommes et femmes. Les conséquences sont audibles dans sa musique, mélange improbable de techno, de dub, d’ambient, de noise, etc…. Pour son quatrième opus, c’est Konstrukt, sorte de base sous-marine d’où partent de véritables expéditions méditatives, qui accueille l’artiste trans-genre.

On vous propose de découvrir la conclusion de ce septième EP du label d’Amsterdam, l’intriguant « When I Die I’ll Go to Heaven Because I Served my Time in Hell ». On y reconnait clairement l’amour de Serena Butler pour le métissage tout azimuts, car dans ce titre se retrouvent autant d’influences ambient que techno. L’atmosphère développée par ces nappes aquatiques est tout aussi inquiétante que tranquillisante, alors que la « structure » rythmique ne consistant qu’en quelques pieds assourdis et disparates n’est appuyée que par un charley métrique et lointain. L’hybridation musicale est le futur, cassons les clivages de genres, fusionnons tous ensembles, amateur-trices de chaque nuances. Serena n’est qu’un(e) prophète d’un avenir certain.

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top