[Premiere - Interview] Découvrez « Lemon – ft. Ill Chill », extrait du premier album de RDG, aussi questionné par la rédaction

L’activiste dubstep de Copenhague exprime son univers avec son premier album : Planetary Sound Fiction. Retour en quelques questions sur monsieur RDG.

RDG-PLANETARYSOUNDFICTION-12inch_6mm_v102016_SM (3)
Par Martin Drazel
Publié le 28 février 2020 | 12:47

RDG officie dans le milieu dubstep depuis sa genèse. L’activiste danois aura marqué le genre avec son approche résolument rythmique et sombre. A l’occasion de la sortie de son premier album, Planetary Sound Fiction, il revient en quelques questions sur son parcours, la philosophie de son label Circle Vision et les raisons cachées derrière la création de cet intriguant mais néanmoins puissant album. Si le ton du personnage ne vous aura point convaincu, on vous propose de découvrir un extrait du LP avec « Lemon », sur lequel pose Ill Chill, titre prouvant merveilleusement bien la versatilité de RDG et son étonnante capacité à maîtriser n’importe quel BPM.

1/ Peux-tu te présenter quelque peu ? Comment es-tu arrivé à la production musicale ?

Je suis un producteur de musique électronique autodidacte basé à Copenhague et focalisé sur le spectre plus noir et percussif du genre. Mon père m’a mis dans les mains « eJay » et « Magix Music Maker » alors que j’avais 10-12 ans, m’a amené chez des disquaires et m’a introduit à tout un spectre musical comprenant hip-hop, reggae, métal, jungle, techno, etc. J’ai passé quelques années à jouer dans des groupes de punk et métal (voix / batterie) tout en produisant du hip-hop entre mes 16 et 19 ans, avant d’entrer en profondeur dans la musique électronique (à l’époque beaucoup de drum & bass / jungle et d’IDM). J’ai commencé à mixer et expérimenter la bass music vers 2008 après avoir été soufflé par la force d’une sub dans les premières soirées OHO! ici à Copenhague, et nous y voilà !

2/ Comment s’est déroulée ta carrière en tant qu’artiste ? Tu as signé sur de nombreux labels, est-ce par la force des choses ou bien une décision personnelle de ne pas rester cantonné à un label spécifique ?

Je ne suis pas pressé, mais je pense avoir construit des fondations stables et je me sens aujourd’hui totalement confortable avec mon son ! C’est sûrement pourquoi j’ai autant de sorties sur différents labels, vu que mon son est un grand voyage, il possède plusieurs gites et ce sera toujours le cas, vu que je produis de nombreux styles différents qui sont impossibles à contenir en un seul !

3/ Peux-tu nous raconter la création de Circle Vision, et sa philosophie ?

Un jour je me suis levé et j’ai réalisé que d’avoir un label uniquement digital était risqué si jamais internet s’effondrait un beau jour, ahaha ! Plus sérieusement, je voulais quelque chose de réel, que je puisse toucher, car j’ai toujours eu de l’amour pour le format vinyle et je voulais quelque chose qui soit complètement à moi. Circle Vision c’est aussi une maison pour de nombreux amis de longue date (le Cercle) avec le même approche et le même son (la Vision).

4/ Et qu’en est-il de Surface Records ?

Surface Records était mon premier label et a sorti des morceaux et artistes fabuleux, qui font aujourd’hui partie du cœur du dubstep tels que : Gaze Ill, Causa, Oxossi, Saule, Subtle Mind, G Double, Cessman, Shu, Digid, Curzed, L-Wiz, Monti et bien d’autres !

Le label est temporairement fermé et une nouvelle plateforme digitale verra le jour chez Circle Vision pour prendre sa place et unifier le tout sous un seul et même toit ! La plateforme remettra en avant de nouveaux talents mais aussi d’autres plus confirmés, mais avec un aspect plus expérimental. Chaque sortie sera accompagnée d’un clip-vidéo d’une construction synthétique et modulaire par Gamle Erik du collectif Hackstage, pour correspondre pleinement au format digital.

5/ Ton frère, Causa, a aussi marqué le dubstep de son empreinte. Est-ce que vous vous échangez des astuces de production, ou des idées pour des signatures, des événements, etc ?

Tout à fait !

6/ Comment t’es venue l’idée de Planetary Sound Fiction ? Tu voulais faire un album depuis longtemps ?

J’avais décidé qu’il était temps d’un long-format pour RDG, pour montrer comment mon son et mon style peuvent varier, presque une heure de musique de 70 à 170BPM sur de nombreux genres, pour faire parler mon potentiel complet.

J’ai voulu créer un voyage, une expérience auditive et non pas juste un double vinyle avec des morceaux exclusifs et des VIPs… Ces titres ont été conçus pour le projet et aussi avec leur sens propre, mais formant un tout bien solide !

7/ L’album contient des featurings de qualité, et c’est aussi le cas pour de nombreuses sorties passées de ton cru (avec Cessman ou K-Man, par exemple). Préfères-tu travailler seul ou en featuring ?

Pour moi la création musicale est très méditative, une sorte de thérapie, donc je préfère travailler seul, vu que je peux facilement être déconcentré et que j’expérimente beaucoup, ce qui peut être dur et forcé si quelqu’un regarde par-dessus mon épaule… Cela dit, j’aime aussi énormément être poussé hors-limites et apprendre des autres pour étendre ma connaissance.

8/ Enfin, que peux-tu nous dire de tes projets à venir ?

Il y en a beaucoup en boutique et dans de nouvelles aires. Je ne suis pas autorisé à en parler pour l’instant, mais je suis pressé de pouvoir partager ces nouveaux projets !

1 / Can you introduce yourself ? How did you get into music production ?

I’m an autodidact electronic music producer from Copenhagen with focus on the more dark and percussive area of the spectrum. My dad gave me ‘eJay’ and ‘Magix Music Maker’ around the age of 10-12, brought me to record stores and introduced me to a broad range of music from hiphop, reggae, metal, jungle, techno etc. I had a few years playing (vocal / drums) in metal and punk bands and producing hiphop at the age of 16-19, before i got deeping into electronic music (at the time a lot of dnb/jungle and IDM). I started DJ’ing and experimentating with bass music around 2008 after being blown away by the physical force of sub bass at some early OHOI! parties here in Copenhagen and now we here!

2 / How was your career as an artist ? You have signed on many labels, is it by force of circumstances or a personal decision not to remain confined to a specific label ?

I’m not in a rush, but i have build a steady foundation and finally feeling 100% comfortable with my sound! Maybe also why i have released on so many labels, as my sound had been on a journey, had many homes and always will, since i do a lot of different styles which can’t be boxed into one!

3 / Can you tell us about the creation of Circle Vision, and its philosophy ?

One day i woke up and realized that only having a digital label was risky if the internet one day colapsed hahaha! But for real tho. i wanted something real, something i could touch, as i always had a love for the vinyl format and wanted something that was 100% mine. Circle Vision is also the home to a lot of long time friends in my music (Circle) with the same sound and style (Vision).

4 / And what about Surfase Records ?

Surfase Records was my first label and has released some amazing music and artist over the years, artist that now is part of todays hardcore Dubstep scene, such as: Gaze Ill, Causa, Oxossi, Saule, Subtle Mind, G Double, Cessman, Shu, Digid, Curzed, L-Wiz, Monti and many more!

The label is temporarily closed and a new digital platform will rise on Circle Vision to take it’s place and unit under one roof instead of two! The platform will yet again showcase new and established talents, but with a more experimental side to it and all releases will come with a modular video synthesizes constructed music video by Gamle Erik from the Hackstage collective to match the digital format.

5 / Your brother, Causa, also left his mark on dubstep. Do you exchange production tips, or ideas for releasing on some labels, events, etc. ?

Yes!

6 / How did you come up with the idea for Planetary Sound Fiction ? Have you wanted to make an album for a long time ?

I decided it was time for a full length RDG piece to showcase how my sound and style can variate, an almost full hour of music from 70 to 170 BPM within multi genre’s, to demonstrate my full potential.

I wanted to create a journey, a listening experience and not just a double vinyl with unreleased tracks and VIP’s… These tracks are created for the project and with a purpose on it’s own, but stronger as a whole!

7 / The album contains quality featurings, and this is also the case for many past releases of your own (with Cessman or K-Man, for example). Do you prefer to work alone or in featuring ?

For me music is very meditative and a sort of therapy, so i do prefer to work alone, as i get easily distracted and i do a lot experiments, which can be hard and forced with someone looking over your shoulder.. That being said, i also really like to be pushed and learn from others and expand my knowledge.

8 / Finally, what can you tell us about your future projects ?

There is a lot in store and in new areas, not allowed to mention what just yet, but i cannot wait to share these new projects!

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top