Prophets of the South – Ek Maak Julle Dance

« Je vous fais danser », en Afrikaans : voilà pour le programme.

artworks-000052969922-9jmzn8-t500x500

8.0

10

Par Aurélien Bonvoisin
Publié le 1 octobre 2013 | 22:22

Laisser parler les artistes est souvent une idée heureuse. A défaut de pouvoir nous appuyer sur de nombreuses interviews des deux membres de Prophets of the South, allons donc chercher du côté du titre de cet EP : Ek Maak Julle Dance. Soit « Je vous fais danser », en afrikaans : le programme est annoncé.
Les deux auteurs de cette (très) bonne surprise en un mois chargé en releases de qualité, Esa et Ooft, proviennent respectivement du Cap et de Glasgow, plaçant leur projet au carrefour de deux scènes actives et distinctes, qui ressortent clairement dans le projet. Face à ces déluges de drums, on pense ainsi aussi bien aux hits kwaito de DJ Cndo ou Shana qu’aux percussions de l’Ecossais Auntie Flo – dont Esa est d’ailleurs le batteur live. Mais toute impression disparaît progressivement face au magnétisme orchestré par le duo, décliné sous deux modalités.

Ek Maak Julle Dance, donc. Le morceau-titre entame les hostilités en faisant brillant usage de cloches diverses, et en introduisant vite voix robotisées répétant le titre du maxi et mélodies de marimbas et machines cheap. Il est deux heures du matin, et le mélange se mute progressivement en euphorie généralisée, alors que les plages rythmiques ne cessent de se s’additionner les unes aux autres, au-dessus d’un kick puissant placé en chef d’orchestre. Au remix, Portable vient prolonger cette sensation, recentrant l’ensemble autour du kick pour souligner son aspect house.
La nuit avance, et l’euphorie se mue en hypnose douce. Les contours se mêlent, les images sont plus floues. Les deux titres de la face B voient Prophets of the South changer la couleur de leur cérémonie percussive – et par là-même, transformer un EP sympathique en franche réussite –, le son se faisant plus évanescent, plus discret, plus sombre aussi.
Véritable dyptique d’une quinzaine de minutes, Boesman Lambada et Die Plain se composent de cercles de percussions se réverbérant les uns dans les autres, de vagues de sons fondues dans un ensemble fantômatique. Le kick central est plus lourd, plus insistant aussi. Le marimba est toujours présent, mais il se fait plus sobre : tout, de façon générale, semble s’effacer devant le dieu Hypnose, qui prend véritablement possession de l’auditeur à mesure que le disque prend son envol. Incapable de se détâcher de cette musique-aimant, l’auditeur est laissé face à ses spectres – et à la nécessité de mouvoir son corps en rythme.

A la sortie de l’expérience, les souvenirs indistincts se succèdent frénétiquement. Et l’on se dit qu’indéniablement, le duo a réussi son coup : la suite des affaires s’annonce donc très prometteuse pour une paire n’en étant qu’à son premier disque.

 

Tracklist :

01. Ek Maak Julle Dance
02. Ek Maak Julle Dance (Portable Remix)
03. Boesman Lambada
04. Die Plain

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top