Pugilist – Siphon EP

Nouvelle sortie pour Pugilist qui s’offre même un remix par Coco Bryce. Un EP bass éclectique comme à l’habitude de cet artiste venu de l’hémisphère sud.

8.6

10

Par Marco Kabbale
Publié le 21 novembre 2020 | 16:04
DEXT014-1450px

Le néo-zélandais Pugilist est de nouveau présent dans les bacs avec un nouvel EP – une habitude presque mensuelle nous direz-vous, vue sa fréquence de production ! Son Siphon EP, sorti tout juste le 20 novembre, présente trois titres qui restent bien dans la lignée des inspirations bass de cet artiste basé à Melbourne et un remix par un Coco Bryce devenu omniprésent qui, comme à l’accoutumée, nous a donné le meilleur de lui-même. Après avoir déjà signé sur bon nombre des meilleurs labels bass music du moment (Artikal Music, Whities, 3024, Trusik,…), cette dernière livraison est apparue sur le non moins qualitatif Dext Recordings, label de l’anglais Haze. Pugilist, c’est un peu le Martyn de l’hémisphère sud : assurément bass sans pour autant pouvoir cantonner à un style bien précis. Ainsi, au gré de ses humeurs, ses morceaux peuvent être plus teintés dubstep, ou breakbeat comme ici pour « Siphon », ou être une sorte de 2-step en mutation electro-dub comme sur « Regrowth », ou encore être carrément nu jungle à grands coups de Amen breaks pour « Nightshade ». Quant au remix de Coco Bryce, artiste lui aussi polymorphe, il nous replonge gaiement dans les premières heures de la jungle londonienne, tendance qu’il affectionne particulièrement. On se retrouve donc avec quatre productions variées bien que clairement représentatives de l’univers de ce producteur. Même si, soyons honnêtes, ces morceaux ne sont pas des plus originaux parmi la discographie de Pugilist, ils possèdent cette touche très personnelle qui les rendent reconnaissables entre mille. Un EP donc validé.

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top