Pun Collins – World Wide Wave

Pun Collins nous offre un nouveau voyage musical avec World Wide Wave, nouvel album pour Dirty Tapes.

pun collins

8.2

10

Par Aurélien Bonvoisin
Publié le 21 juin 2017 | 8:39

Avançant toujours de manière furtive, Pun Collins poursuit son exploration des confins des musiques électroniques et de la musique hypnagogique avec World Wide Wave, nouvel album pour le label new-yorkais Dirty Tapes. Artiste multimédia, Pun Collins s’est souvent distingué par une musique dotée d’un puissant imaginaire, dépassant sa stricte dimension sonore pour prendre un aspect presque visuel. World Wide Wave poursuit et amplifie ce constat, en 19 pièces empreintes de poésie nous plongeant dans un état proche du songe.

Pour la plupart relativement courtes, les 19 pistes de World Wide Wave apparaissent ainsi comme autant de vignettes nous ouvrant les portes d’un environnement artistique, avant de les refermer aussitôt pour nous faire passer au suivant. Au carrefour de l’ambient, du courant beats et du downtempo, les différents titres qui nous sont proposés développent successivement des approches diverses : les textures luisantes d’« Economie » précèdent par exemple les rythmes inquiets et signaux occultes de « Coral Riff », ainsi que les étranges sonorités réverbérées de l’excellent « Madison Awe », dont chaque son paraît se faire entendre immergé dans un fluide indistinct. Ce jeu de contraste se poursuit entre la douce léthargie d’« Idle Tidal » et les mélodies plus enjouées de « Narcissist », ou entre l’hésitant « Rove », oscillant entre élans lumineux et séquences plus sombres, et les pads vaporeux du très beau « Sensory Drama ».

Derrière cette variété, le tour de force de Pun Collins est cependant ici de parvenir à unifier toutes ces propositions en un album cohérent, dont les variations ne troublent jamais la fluidité. Cette cohésion repose notamment sur le sound design si caractéristique de l’artiste, dont les sonorités liquides semblent déborder d’un titre sur l’autre. Surtout, elle réside dans le spleen qui semble constituer l’essence de chaque titre, sous les multiples couches qui habillent l’album d’une palette nuancée de sensations. Dans la deuxième moitié de l’album, ces émotions semblent poindre plus clairement, au travers de morceaux tels que « Mirrors », merveilleux assemblage synthétique, « Warping » et ses pads lancinants ou « The Nihilist », où un mystérieux spoken word sert de fil rouge à une succession de séquences plus sombres. Seul titre de plus de cinq minutes, « Time » joue de même sur le décalage entre différentes rythmiques pour placer au centre de l’attention des claviers traînants et pesants.

Imperceptiblement, Pun Collins nous dévoile ainsi tout au long de l’écoute de World Wide Wave les facettes de cet environnement, en nous laissant successivement entrevoir ses différents aspects. Une nouvelle fois, l’artiste français parvient à nous captiver avec un album sans temps mort, dans lequel l’auditeur entre progressivement, sans même s’en rendre pleinement compte, et dont chaque titre contribue à imposer une atmosphère qui ne s’évapore qu’au terme de l’écoute. Une expérience que l’on ne peut que conseiller à tous les amateurs de voyages musicaux en dehors du temps et de l’espace.

Tracklist :

1. World Wide Wave
2. Économie
3. Coral Riff
4. Madison Awe
5. Ad
6. Idle Tidal
7. Narcissist
8. Hummer Seat
9. Rove (feat. Sham Baron)
10. Sensory Drama
11. Interface
12. Mirrors
13. Taking Off
14. Warping
15. The Nihilist (feat. Andrew Toothacker)
16. Time
17. Thermopallas (feat. X Walker)
18. Renaissance (feat. ju ca)
19. New Beginnings (feat. The Cyclist)

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top