Quarta330 – Pixelated

Après avoir été discret pendant de longues années, Quarta330 revient avec un Pixelated EP pour Hyperdub méritant toute votre attention.

quarta330

8.8

10

Par Guillaume Schillo
Publié le 30 janvier 2017 | 14:23

Quarta330 : celui qui s’est fait connaître en 2007 avec son remix 8-bit du légendaire « Nine Samurai » de Kode9 est de retour sur Hyperdub, sept ans après sa dernière sortie sur le mythique label londonien. L’attente fut longue, mais elle en valait la peine, tant son dernier EP est une réussite. Toru Koda est connu depuis ses débuts pour sa patte unique. Ayant commencé en tant qu’artiste de chiptune, son style, parfois qualifié de Gameboy Dub, est reconnaissable par son utilisation intensive de sons et de samples 8-bit. Et ce Pixelated EP ne déroge bien évidemment pas à la règle, tout en apportant une touche de fraîcheur et de nouveauté.

« Resonate 3 », probablement le morceau le plus mélodique de l’EP, pose les bases : des synthés directement sortis d’une Super Nintendo, couplés à des basses puissantes et à une rythmique hyper-syncopée. On est dans ce qui semble être une œuvre footwork, pour notre plus grand bonheur. Pourtant, « Resonate 3 », sous ses batteries hyperactives, reste un morceau doux et léger, porté par des sonorités qui semblent empruntées au jazz-fusion, avec des cordes et des nappes donnant à l’ensemble une atmosphère joyeuse et optimiste, voire onirique sur certains passages. Le titre sonne comme le thème principal d’un Final Fantasy sur console rétro. Une mélodie enthousiaste, poussant le héros que nous sommes sur le chemin de l’aventure.

Une aventure qui se poursuit avec « The Fairies’ Homecoming », second morceau de Pixelated. Là encore, on est dans un tempo et une rythmique empruntant au footwork, voire à la jungle, tant ce morceau sonne roots. Il se détache en effet une atmosphère résolument reggae, qui rappelle les titres plus dubstep de Quarta330. La batterie, aux notes de 808, vient saccader un ensemble harmonieux de synthés rappelant toujours autant les musiques d’ambiance d’un RPG japonais. Le design sonore n’est pas non plus en reste, avec une utilisation discrète mais efficace de compression donnant un effet de pompe à la ligne de basse, qui semble alors s’affaisser sous le poids de sa propre puissance. « The Fairies’ Homecoming » est une ode à la jungle, une balade dans une forêt en 8-bit, nous amenant progressivement vers le donjon de fin de niveau de cet EP.

Car oui, si ce Pixelated devait être un jeu vidéo, « Yatagarasu » serait probablement le thème du boss final. Dès les premières notes, on sent une différence au niveau du choix des sonorités, avec des échantillons qui semblent provenir d’un ZX Spectrum. De ce fait, il en sort un son plus brut, plus tranchant, donnant un aspect plus nerveux et agressif au titre. Les nappes de synthétiseur, ici très saccadées, viennent accompagner un ensemble rythmique rapide et déconstruit, quasi-expérimental. Il ressort de cette fresque pixelisée une esthétique très glitch, le morceau semblant même dysfonctionner par moments, avec de brutales montées en gamme des notes ou une accélération soudaine des soubresauts de l’arpégiateur. Quarta330 semble vouloir ici renouer avec ses racines chiptune, et livrer un son inorganique à souhait. Pourtant, sous ses allures de gros bug informatique auditif, le morceau n’en reste pas moins précis et harmonieux. Comme une déstructuration musicale structurée, un chaos ordonné, « Yatagarasu » est une œuvre obsessive et énergique, marquant le climax sonore de ce Pixelated EP.

En effet, « Digital Lotus Flower » quant à elle, semble revenir à une atmosphère plus douce et onirique, proche des deux premiers titres. Appuyé par une ligne de basse complexe et une rythmique toujours aussi hyperactive, l’ensemble basse-batterie semble venir déchirer des cordes et nappes aux notes brumeuses, formant là encore un tout bipolaire, mais homogène. Les synthés sursautent sur leur gamme, les nappes bougent et virevoltent, formant une composition aérienne, presque vaporeuse. « Digital Lotus Flower » porte parfaitement son nom, tant il sonne comme une fleur de lotus voguant sur un cours d’eau calme. L’atmosphère y est mélancolique, exprimant une palette d’émotions qui nous guident tout au long de l’écoute et viennent conclure de la plus belle des façons cette nouvelle œuvre de Quarta330.

Sept ans, c’est le temps qu’il aura fallu attendre avant d’avoir l’honneur d’entendre un nouveau Quarta330 sur Hyperdub. Le Japonais fut en effet relativement discret ces dernières années, avec seulement une sortie digitale en 2015 sur un petit label de chiptune nippon. Cet EP est donc comme un cadeau inattendu, une excellente surprise, qui marque avec réussite le retour de l’artiste sur la scène électronique, et prouve une nouvelle fois qu’Hyperdub est le label qui repoussera toujours plus loin les frontières du genre. Énergique, grisant et onirique, ce Pixelated EP mérite définitivement sa place dans votre discothèque.

Tracklist :

01. Resonate 3
02. The Fairies’ Homecoming
03. Yatagarasu
04. Digital Lotus Flower

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top