r.roo – Hydref

Légèrement fade mais pas forcément aigre, Hydref sied ainsi très bien à ce mois d’octobre[...]

Seeksicksound

7.5

10

Par Raphael Lenoir
Publié le 1 décembre 2013 | 18:57

Nous avons déjà eu l’occasion de présenter r.roo récemment, à l’occasion de son podcast SeekSickSound. C’est aujourd’hui Hydref, nouveau long-format sorti en digital en octobre – le titre désignant d’ailleurs en Gallois ce moment de l’année où la dernière feuille de l’arbre choit tandis que le givre gèle ses cellules -, qui nous intéresse. Connu pour ses fresques parcheminées de piano et de cordes enveloppées dans un écrin de douceur mélancolique mais devenant parfois furibonde, l’IDM de r.roo a ce caractère bien trempé, d’une gravité peu commune pour un si jeune producteur.
L’Ukrainien laisse toutefois de côté sur Hydref les beats cisaillant de toutes parts la structure moulée dans un seul bloc pour se concentrer sur la partie mélodique. Ainsi, ce long format se révèle plus néoclassique que la plupart de ses autres productions, même si le glitch tant bien que mal arrive parfois à percer la paroi lisse et poreuse des productions du maestro.

 

En effet, le mastering est toujours aussi rond et abouti, nous rappelant les travaux de Ben Lukas Boysen avec son Gravity. Précis et sans frivolité d’aucune sorte : une recette ingénieuse qui faisait déjà le succès de r.roo. « Hydref part 4″ et « Hydref part 6″ excellent dans cet exercice de délicatesse solitaire, un tantinet misanthrope dans son ressenti, mais toujours aussi efficace.

Alors bien sûr, tout n’est pas parfait, on perçoit d’ailleurs assez vite les limites d’une telle démarche : en s’enfermant dans le cocon néoclassique, r.roo propose certes une altérité, mais dès que la bonne nouvelle est passée, il devient de plus en plus difficile de pardonner les petites faiblesses apparaissant de ci de là. L’alanguissement des textures et des mélodies entraîne en effet à la longue une certaine redite, et ne parvient plus à tromper l’ennui sur la toute fin.
Néanmoins, il est indéniable que l’on reste dans le haut du panier à l’écoute d’Hydref : les tracks prises à part révèlent leurs qualités, mais suscitent moins d’intérêt qu’à l’accoutumée lorsqu’elles sont mises bout à bout.

 

Légèrement fade mais pas forcément aigre, Hydref sied ainsi très bien à ce mois d’octobre, pris entre deux saveurs, deux tendances qui s’opposent, et marque une légère virgule dans la carrière de r.roo. En effet, on ne peut malheureusement pas annoncer que l’on est transi par une écoute ininterrompue, même si la production bénéficie toujours d’indéniables qualités. Légèrement déçu, mais pas forcément surpris, surtout quand on le compare avec un Innerhaven peu convaincant, certains morceaux pris à part parviennent toutefois à sortir du lot. Voilà, un recueil de poèmes légèrement névrosés ne devant pas être dévoré d’une seule traite et qui par conséquent se contentera de nous sustenter. De toute façon, l’adage populaire ne dit-il pas que la gourmandise est un vilain défaut ?

Tracklist :

01. Hydref Part 1
02. Hydref Part 2
03. Hydref Part 3
04. Hydref Part 4
05. Hydref Part 5
06. Hydref Part 6
07. Hydref Part 7
08. Hydref Part 8
09. Hydref Part 9

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top