Radial – Caveman

Pas d’envolées de synthèse, pas de crissement de pneus de josé, pas de tabassage rythmique, mais plutôt une superbe et intense autoroute techno aux résonances dub, enrichie par quelques carillons solennels.

6635419

7.0

10

Par David Robert
Publié le 29 janvier 2013 | 21:44

Alors que Jeroen Liebregts est actif depuis 2004 sous son propre nom et via son label Audio Assault, c’est la création du projet Radial avec Laurens van der Starre en 2007 et la sortie de Beton qui aideront réellement l’homme à se faire une place dans le paysage techno. Une poignée d’EPs plus tard sur des labels comme Token (excusez du peu) ou Planet Rythm Records (label de Glenn Wilson) et Radial sort un premier album pas franchement folichon. Résultat ou non, Starre quitte la baraque et laisse Liebregts seul aux commandes. Et après presque trois ans de remixes (Sawf, Go Hiyama, Reeko…) et de titres dispachés à droite et à gauche mais sans EP solo, le néerlandais sort sa nouvelle galette : Caveman.

Alors que l’album avait parfois tendance à s’enliser dans des lignes un peu puputes, Caveman surprend par sa sobriété dans les textures et la trame. Pas d’envolées de synthèse, pas de crissement de pneus de josé, pas de tabassage rythmique, mais plutôt une superbe et intense autoroute techno aux résonances dub, enrichie par quelques carillons solennels. Le deuxième titre, tout en restant rangé, met en premier plan une ligne de modulation dont les oscillations cybernétiques sont un peu aléatoires. Le rythme est doublé, donnant l’impression de galoper, tandis que les basses s’y impriment avec un motif binaire inflexible.
Le premier remix est signé Sawf, petit protégé de Perc, qui n’a pas réputation de faire dans la dentelle. Il se sert ici de la base de Caveman pour construire un mastodonte. Les textures déjà brouillées de l’original tirent encore plus vers le noisey, les cloches deviennent complétement martiales et les percussions s’enduisent d’asphalte ardent. Un peu comme si le morceau original subissait le même traitement radioactif que Bruce Banner, la perte de contrôle, le vert et le short en jean façon Village People en moins. En gros : Sawf qui peu.
Le co-fondateur d’Audio Assault, Bas Mooy, signe quant à lui le remix de Vandal. Un peu dans la même logique que Sawf mais en moins puissant, il vient body-builder l’original. Les lignes s’acidifient et prennent en voltage, les basses se décuplent et le titre prend un caractère nettement plus banger.

 

 

Tracklist :

01. Caveman
02. Caveman (Sawf Remix)
03. Vandal
04. Vandal (Bas Mooy Remix)

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top